Plateforme d’éditions enrichies à l’INHA : Premier point d’étape d’un projet en cours d’élaboration

En 2020, l’INHA s’est engagé dans le projet ambitieux de produire une plateforme d’édition enrichie et augmentée pour des sources en histoire de l’art numérisées et inédites, principalement issues de la bibliothèque de l’INHA. En étroite collaboration avec la bibliothèque et le service des éditions, et dans le cadre des missions du service numérique de la recherche, un ingénieur de recherche dédié a été recruté en mars 2020 pour déployer les dimensions de développements, de design et d’infrastructure technique du projet.

De notre point de vue, ce type d’objets numériques protéiformes rebat les cartes des formules classiques de publication web en abolissant les frontières entre édition, base de données et plateforme. Ceux-ci doivent s’inscrire à l’intersection de logiques d’usages, liées à la consultation et à la recherche en sciences humaines, et de cadres normatifs de bonnes pratiques documentaires, lié au traitement des données.

Afin d’explorer et d’expérimenter les processus d’une telle publication numérique sous forme d’édition enrichie, nous avons choisi comme projet pilote, la numérisation du corpus des papiers d’Antoine-Louis Barye, récemment acquis par la bibliothèque de l’INHA.

Les papiers Antoine-Louis Barye

Ensemble de documents autour du sculpteur Antoine-Louis Barye. Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet, Archives 166.  INHA, photo Michael Quemener, certains droits réservés

Acquis en 2018 par la bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art avec le soutien de la Société des amis de la Bibliothèque d’art et d’archéologie, les papiers Barye sont constituées d’un ensemble de documents anciennement en possession de l’expert et marchand André Schoeller. Ce corpus, qui représente une documentation unique sur la carrière, l’œuvre et la fortune critique du sculpteur animalier, couvre une période allant de 1819 à 1912 – soit une trentaine d’années après la disparition de l’artiste.

Au-delà de livrer d’essentielles indications sur la personnalité d’un artiste réputé secret, il donne un précieux aperçu de ses réseaux sociabilité et du fonctionnement d’un atelier de sculpture au XIXe siècle. On y trouve ainsi de la correspondance envoyée et reçue de la part d’artistes, de fondeurs ou encore de commanditaires, divers documents administratifs relatifs à la carrière du maître et à sa réception posthume, ainsi qu’une petite documentation iconographique. Parmi les pièces emblématiques de cet ensemble se trouve un célèbre billet adressé par Eugène Delacroix au sculpteur, le notifiant de la mort d’un lion au Jardin des plantes et l’enjoignant à aller en observer la dépouille en sa compagnie.

Inventorié par Sophie Derrot à la suite de son acquisition, dont l’inventaire est disponible sur Calames, cet ensemble majeur de documents déjà partiellement disponible en ligne sur la Bibliothèque numérique de l’INHA permet d’ouvrir des pistes de recherche nouvelles sur la carrière de Barye, l’histoire des techniques et des réseaux artistiques de l’époque.

Billet d’Eugène Delacroix, peintre, à Antoine-Louis Barye le prévenant de la mort du lion de la Ménagerie et l’invitant à le rejoindre au plus vite pour le dessiner, à Paris probablement en 1828.

L’édition numérique de ces papiers, supervisée par France Nerlich et menée par Antoine Courtin et Jean-Christophe Carius (Service numérique de la recherche), Sophie Derrot (conservatrice au sein du service du Patrimoine de la bibliothèque de l’INHA) ainsi que Victor Claass (coordinateur scientifique), implique également Justine Gain (chargée d’études et de recherches) et Suzanne Martin-Vigier (boursière « Immersion » du Labex Cap).

Afin de mieux saisir les enjeux de ce travail éditorial et pour en circonscrire l’envergure, cette équipe s’est mise en dialogue avec un groupe de spécialistes de Barye et de la sculpture du XIXe siècle : il est constitué de Stephanie Deschamps-Tan et Béatrice Tupinier (musée du Louvre), Claire Barbillon (École du Louvre), Emmanuelle Brugerolles (ENSBA), Alice Thomine-Berrada (ENSBA), Anne-Marie Garcia (ENSBA) et Thierry Laugée (Sorbonne Université).

À la suite d’une première phase de concertation et de transcriptions d’essai, il a été décidé de compléter les 350 documents des papiers récemment acquis par l’intégration d’un corpus limité d’archives directement lié à l’activité d’artiste de Barye et déjà conservé dans des fonds annexes de la bibliothèque de l’INHA. Un travail de recherche sur d’autres pièces conservées au sein de collections d’autres institutions et susceptibles de compléter cet ensemble est également en train d’être mené. Sous sa forme définitive, ce projet visera non seulement à proposer une édition scientifique enrichie de ces documents, mais également à référencer et rediriger les lectrices et lecteurs vers toute source sur l’artiste susceptible de nourrir la connaissance l’œuvre de Barye et d’alimenter la recherche à son sujet.

Édition savante via Transkribus

La transcription des documents d’un corpus est la première opération de publication d’un fonds sous forme d’édition enrichie. Pour cette étape, nous avons souhaité expérimenter Transkribus, la plateforme de transcription de textes manuscrits développée à l’université d’Innsbruck (Autriche) dans le cadre du projet européen READ (Recognition and Enrichment of Archival Documents) et initialement financée par le programme de recherche européen H2020.

Transkribus est une infrastructure de recherche qui propose un moteur de reconnaissance d’écriture manuscrite (Handwritten Text Recognition ou HTR). Son environnement vise principalement à : (1) la création de données d’apprentissage pour alimenter le moteur de reconnaissance, (2) la génération automatique de transcriptions, et (3) la transcription manuelle pour l’édition savante. Basée sur un modèle ouvert et participatif, la plateforme bénéficie de la collaboration de nombreux partenaires et d’une communauté qui s’élève jusqu’à 1000 utilisateurs uniques par semaine.

Capture de l’interface du Transkribus Expert Client

Dans le cas présent, les scripteurs du corpus des Papiers d’A.-L. Barye étant particulièrement variés et multiples, et la volumétrie du corpus étant trop réduite, nous n’avons pas pour l’instant envisagé la question de la transcription automatique par apprentissage, celle-ci nécessitant un échantillon d’une centaine de documents de la même écriture. En revanche, nous avons engagé une démarche de maîtrise des outils d’aide à la transcription manuelle pour l’édition savante. Un dispositif qui se révèle un cadre de travail particulièrement structurant et adapté à la mise en oeuvre d’une transcription diplomatique et documentaire.

Schématisation du modèle d’information de Transkribus

Le Transkribus Expert Client, l’application de bureau permettant d’interagir avec la plateforme, propose l’accès à des fonctionnalités déterminantes et très performantes, mais son interface n’est pas simple à appréhender d’emblée. Pour mieux accompagner les chercheurs et chercheuses œuvrant sur le corpus, nous avons réalisé un travail d’analyse et de synthèse du modèle de données de l’environnement Transkribus. Une modélisation a posteriori du système sous forme de schématisations simples et facilement lisibles, qui s’inscrit dans une démarche globale de conception de projet par le Design thinking1. La dimension très didactique de ce type d’approche a permis aux transcripteurs de se familiariser avec les définitions des composants de l’environnement et de développer ainsi une véritable aisance dans son utilisation.

Extrait du schéma d’analyse du modèle de données Transkribus

Chaque volet remplit donc une fonction d’enrichissement particulière et l’ensemble du dispositif établit une architecture qui encadre le travail des chercheurs en orientant leur démarche vers les dimensions de transcription diplomatique et de renseignement documentaire. Ainsi, le relevé archéologique de la source se trouve mis en œuvre au moyen des métadonnées de document, de pages et de segmentation, associés aux formatages de style de la transcription, tandis que le raccordement aux normes documentaires (préparation à l’enrichissement TEI) et l’ouverture vers les enjeux d’interprétation et d’appareil critique se trouvent traités via les métadonnées textuelles et les commentaires de transcription.

Prototyper pour mieux appréhender

Si Transkribus se révèle particulièrement impressionnant dans la réalisation des tâches expertes d’analyse topographique des pages et de reconnaissance et transcription des textes, le logiciel pâtit d’un manque singulier de vues d’ensemble offrant un recul sur le traitement global du corpus. Afin d’accompagner les chercheurs dans l’appréciation de leur propre travail, nous avons développé, grâce à l’interface de programmation d’application (API) de type REST (REpresentational State Transfer) mise à disposition par Transkribus, un prototype qui propose un affichage et une navigation améliorés dans les données, chargées en temps réel ou différé depuis la plateforme distante.


Capture de l’interface du prototype d’Édition enrichie des Papiers Barye

Ce premier niveau de re-mise en interface des données nous permet d’afficher, trier, ordonner et filtrer l’ensemble du corpus en fonction des métadonnées de documents, un composant déterminant pour instruire et guider les chercheurs dans leurs prises de décisions. Il offre également la possibilité essentielle, surtout en contexte de collaboration, de lister et de comparer les transcriptions filtrées par des expressions trouvées dans le texte. Le moteur de recherche de l’application de bureau de Transkribus possède, dans une certaine mesure, ces fonctionnalités mais son interface de résultats est si sommaire qu’elle ne permet pas véritablement de profiter d’un effet de vue d’ensemble et de comparaison.


Capture de l’interface du prototype d’Édition enrichie des Papiers Barye

Il a également été développé une interface de synthèse des métadonnées textuelles de transcription car, si la recherche de Transkribus permet bien de lister les pages selon un “tag” donné, son interface n’offre pas la possibilité de regrouper l’ensemble des pages par balises et par valeurs d’attributs de balises. De même, le fait de lister dans le prototype l’ensemble des transcriptions incluant le mot-clé ‘unclear’ (texte illisible) permet de solliciter l’avis de chercheurs extérieurs à l’équipe dans leur recherche de décryptage de certains termes des manuscrits. Enfin, nous avons aussi créé une interface de synthèse des métadonnées structurelles de segmentation qui affiche les métadonnées de page et les schémas de leurs topographies. Inédite actuellement dans l’interface de Transkribus, cette vue permet de favoriser la prise de conscience des caractéristiques de ce niveau particulier de transcription diplomatique, et de donner ainsi aux chercheurs les premiers moyens d’initier leur travail d’édition et de réflexion.

Des perspectives engageantes pour les éditions enrichies en histoire de l’art

Mise en œuvre de mars à juin 2020, dans les conditions si particulières de la crise sanitaire de la Covid-19, la phase d’initiation du projet de plateforme d’éditions enrichies de l’INHA a amplement permis d’explorer et de valider par la pratique des premières options concernant le processus de traitement de l’information et la relation des chercheurs aux opérations de transcription. Elle a également pu faire émerger des premières notions d’enjeux conceptuels qui, une fois déployés et approfondis, vont venir dessiner le cadre de travail et de réflexion à long terme du projet d’éditions enrichies.

Transkribus s’est révèlé un outil précieux pour toute chercheuse ou chercheur faisant face à un corpus de documents manuscrits. La plateforme permet d’aborder la transcription avec un sentiment de confort et d’efficacité, et joue pleinement son rôle d’interface entre les pratiques de la recherche et le versant plus technique de l’édition numérique. Elle permet d’exploiter au mieux les compétences et aptitudes individuelles des membres d’un groupe de travail comme celui dédié à l’édition des archives Barye, tout en ouvrant un espace de dialogue où s’entrecroisent des questions de forme et de contenu.

Après ce premier défrichage méthodologique de la transcription et de l’enrichissement de sources, coeur du dispositif, le projet va pouvoir engager la réflexion sur les aspects stratégiques que sont l’infrastructure technologique, les normes documentaires, l’orientation scientifique et la direction éditoriale. C’est dans l’intersection entre ces quatre dimensions que devrait se trouver le positionnement garantissant la pertinence et la pérennité de la démarche globale. Une démarche dont la qualité originale sera de chercher à consacrer le champ si prometteur des éditions de sources numériquement enrichies, aux domaines de l’histoire de l’art.

Citer ce billet : Jean-Christophe Carius, "Plateforme d’éditions enrichies à l’INHA : Premier point d’étape d’un projet en cours d’élaboration," in Numérique et recherche en histoire de l'art, 18/06/2020, https://numrha.hypotheses.org/1107.

Références

  1. Le Design Thinking fait référence aux processus cognitifs, stratégiques et pratiques par lesquels les concepts de design (propositions de nouveaux produits, bâtiments, machines, etc.) sont développés. (…) Le Design Thinking est également associé à des prescriptions pour l’innovation de produits et de services dans des contextes commerciaux et sociaux.
    « Design Thinking ». In Wikipedia (en), 18 mai 2020. https://en.wikipedia.org/w/index.php?title=Design_thinking&oldid=957358855. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.