Être moniteur-étudiant au SNR à l’INHA : expérience croisée de mastérant entre études supérieures et monde professionnel

Tout étudiant en master s’est déjà interrogé sur l’achèvement professionnel de sa formation et sur la possibilité de financer ses études. Mais cumuler études et expérience concrète du terrain peut s’avérer être une combinaison complexe, en particulier dans le domaine des sciences humaines et sociales.

Les moniteurs-étudiants à l’INHA

Depuis sa fondation en 2001, l’Institut national d’histoire de l’art (INHA) recrute des moniteurs-étudiants, dans la continuité de ses missions de recherche, de diffusion des connaissances et de formation. Ils renforcent ainsi le personnel des différents services (bibliothèque et documentation, études et recherche, manifestations, édition). Ces mastérants sont accueillis à mi-temps, sur une période d’un à deux ans (du M1 au M2), pour accomplir des missions d’aide aux équipes. Les élèves de la classe préparatoire au concours de conservateur sont également éligibles au poste. Dans ce cadre, les étudiants sont embauchés en temps partagé et selon un rythme approprié, afin de garantir la poursuite simultanée de leurs cours et des activités prévues au contrat.

Photo Galerie Colbert avec passage
Image de la Galerie Colbert, INHA

Accueil des moniteurs au Service numérique de la recherche

Le Département des études et de la recherche (DER) compte plusieurs moniteurs au sein de ses huit domaines et du Service numérique de la recherche (SNR). Ce dernier, créé en 2019, anciennement Cellule d’ingénierie documentaire, joint ainsi deux monitrices-étudiantes à son équipe aujourd’hui composée de son chef de service, trois chargés de ressources documentaires et numériques, un ingénieur de recherche et une chargée d’études et de recherche.

Le service numérique de la recherche, dont les objectifs se poursuivent et évoluent depuis plusieurs années, est responsable de la production documentaire et numérique de programmes mis en place et plus généralement de la recherche suivie par l’établissement sur ces questions. Après une montée de version devenant effective en 2018 de la plateforme AGORHA, dont la gestion représente une part importante de l’activité du service, l’équipe oeuvre activement à sa refonte vers AGORHA2, impliquant une migration de l’ensemble des bases de données de l’INHA qui y sont regroupées.

Les moniteurs réalisent un travail d’appui à l’équipe sur ces missions, par le nettoyage et la mise en forme de données, la gestion de bases et de notices, de la relecture ou vérification ou encore des précisions d’éléments utiles à l’indexation des différentes productions. Après une arrivée et une formation à AGORHA et à la saisie sur la base, les monitrices actuelles travaillent ainsi sur différentes tâches d’assistanat documentaire et numérique.

Nettoyage et mise en forme de données sur AGORHA

Les données regroupées sur AGORHA sont rarement complètement organisées, ce qui compromet leur référencement et leur exploitation. En effet, ce travail n’incombe pas nécessairement aux chercheurs et représente parfois une part trop importante pour les chargés de ressources documentaires quand cela ne peut être automatisé. Les monitrices s’attachent ainsi à des reprises de données manquantes ou à corriger de manière systématique selon les différents types de bases et de tables (oeuvres, personnes, événements, …), souvent à partir d’Excel qui permet certaines simplifications par formules ou filtres, parfois directement sur AGORHA.

Elles sont par exemple amenées à uniformiser les valeurs de dimension d’objets renseignés dans différentes bases, ce qui permet une indexation effective et contribue à la possibilité de développements ultérieurs. La tâche consiste alors à diviser l’information, en la déduisant au possible si elle est incomplète, pour la répartir dans différentes colonnes (unité de mesure, hauteur, largeur, profondeur, précisions), tout en s’assurant de son harmonisation. Il s’agit d’un travail certes assez répétitif, mais c’est une manière pour les moniteurs de se familiariser avec les bonnes pratiques du traitement de la donnée. L’encadrement par des professionnels permet d’acquérir des savoir-faire, notamment pour semi-automatiser certaines actions.

Suite à ces corrections, les chargés de ressources effectuent un import des informations pour leur mise à jour sur l’application. Cela automatise le travail de remplissage ou d’actualisation des champs renseignés, se faisant sinon en saisie manuelle à partir de chaque notice. Après l’import et la validation des changements, les données sont publiées et aboutissent à un affichage public.

Exemple de saisie d'informations sur la base Digital Muret
Représentation de saisie d’informations sur AGORHA en back-office

Ces corrections contribuent parfois à certains projets de développements numériques réalisés par le service, nécessitant que les données soient différemment structurées pour leur exploitation. Ainsi, la mise en place du Digital Muret, qui propose une navigation simplifiée et éditorialisée de données présentes dans AGORHA, a nécessité leur restructuration préalable.

Représentation stratigraphique des différentes couches de la base du Digital Muret
Représentation stratigraphique des différentes couches du Digital Muret

À cela s’ajoute des tâches de précision d’informations, telles que : les codes RCR et Muséofile (identifiants de bibliothèques et de musées) de différentes collectivités à rechercher puis à répertorier ; des notices bibliographiques à saisir ou à compléter ; ou l’indexation manquante de mots-clés RAMEAU pour la base du programme de La Vie parisienne (1863-1913), mis en place avec la BnF, portant sur la revue hebdomadaire du nom éponyme fondée par l’illustrateur et graveur Emile Planat.

Référencements bibliographiques sur la base du TRHAA et mise à jour de la cartographie de l’enseignement en histoire de l’art

Vignette de la base du TRHAA

La base du TRHAA (Travaux de recherche en histoire de l’art et archéologie) présente sur AGORHA, qui répertorie les travaux de recherche produits par la communauté scientifique (mémoires, thèses, sujets déposés), est enrichie et mise à jour d’une année à l’autre. Les moniteurs complètent ainsi le report des notices bibliographiques correspondantes, en veillant aux différents appels et signalements pour son suivi.

De la même manière, l’Annuaire des formations diplômantes et de la recherche en histoire de l’art, qui recense à la fois les établissements supérieurs français en histoire de l’art, leurs offres de formations et leurs activités scientifiques et de soutien à la recherche, nécessite des mises à jour régulières. Ce travail est délégué aux moniteurs, qui s’occupent de vérifier les informations de la base, les corriger ou les actualiser selon les changements du paysage académique en ligne, par le biais de différents outils de suivi et de complétion (tableur, lecteur de flux RSS). Un projet de cartographie associé, en cours de développement au SNR, visant à faciliter l’identification géographique et la mise en évidence de liens entre les structures, demande également des repérages précis en fonction des différents territoires.

Diversification des compétences

Le poste de moniteur au SNR correspond à des responsabilités variables en fonction des projets en cours, ce qui contribue à développer le savoir-faire de ces étudiants en activité. A ce titre, d’autres représentations spatialisées sont fréquemment mises en place par le service, avec lesquelles les moniteurs ont pu se familiariser. Ils ont en effet parfois regroupé des données de géolocalisation (lieu, latitude, longitude) pour la création de cartes. Ainsi, le GéoRETIF constitue une cartographie interactive issue de la base du Répertoire des tableaux italiens dans les collections publiques françaises.

Ils effectuent aussi des tâches annexes, telles que la réalisation de statistiques du service, ou encore la participation à l’activité de rédaction du carnet Numrha récemment créé, dont vous êtes le lecteur si vous arrivez jusqu’à ces lignes !

Les monitrices actuelles ont également pu suivre une formation de prise en main d’OpenRefine, précisant leurs connaissances dans le traitement de données, et les Lundis Numériques, cycle de conférences organisé en partie par le SNR, participant à une veille active dans le domaine des humanités numériques.

Cette expérience de monitorat est donc l’occasion pour les étudiants en master de concrétiser leur formation en s’immergeant dans le monde professionnel de la recherche en histoire de l’art, et de se confronter à certains enjeux documentaires et numériques appliqués aux humanités, auprès d’une équipe multiple et dynamique portée sur ces missions.

Mentions d’illustration de l’article : Eugène Delacroix, Groupe d’étudiants suivant un cours, dessin, date inconnue, Musée du Louvre / Rmn-GP, https://art.rmngp.fr/fr/library/artworks/eugene-delacroix_groupe-d-etudiants-suivant-un-cours_encre-brune_encre-noire_mine-de-plomb_plume-dessin.

Citer ce billet : Camille Smadja, "Être moniteur-étudiant au SNR à l’INHA : expérience croisée de mastérant entre études supérieures et monde professionnel," in Numérique et recherche en histoire de l'art, 09/06/2020, https://numrha.hypotheses.org/111.

Camille Smadja

Étudiante en Médiation Culturelle mention Gestion de projets, spécialisée en muséologie et en approche pluridisciplinaire et géopolitique, attentive aux enjeux numériques pour les SHS / Monitrice-étudiante - Service numérique de la recherche, Institut national d'histoire de l'art / Thème de recherche : Muséalisation et exposition de la musique

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search