Utiliser Omeka-s pour éditorialiser une base de signalement de périodiques critiques et culturels non-européens ou produits en situations diasporiques : sismo.inha.fr

Le programme de recherche

sismo.inha.fr s’inscrit dans un programme de recherche intitulée « Art Global et Périodiques Culturels. Généalogies critiques et artistiques, XIXe-XXe siècles » consacré au recensement et à l’étude des périodiques culturels non-européens . Il traite des dynamiques historiques et critiques qui, par l’exercice de la revue, se sont développées et se développent à l’échelle mondiale.

Ce programme de recherche a donné lieu dans un premier temps à un recensement de ces revues sur AGORHA, à une série de journées d’études et à un colloque international. Sa diffusion s’opère par une installation audiovisuelle itinérante intitulée, Sismographie des luttes – Vers une histoire globale des revues critiques et culturelles, accompagnée de deux ouvrages scientifiques : volume 1 Epicentres, volume 2 Répliques aux éditions Nouvelles Editions Place, et d’un portail sismo.inha.fr

La base de données

Cette base de données a été construite intégralement sur AGORHA et intitulée Art global et périodiques culturelles. Son principe structurel fondamental est l’interconnexion et les renvois dynamiques entre notices. Ainsi, les revues, les personnes et les références bibliographiques de la base sont reliées les unes aux autres. Mais pour une exploitation visuelle mettant en avant certains choix scientifique, il est apparu indispensable de créer un espace numérique indépendant.

Éditorialiser/contextualiser/visualiser : le choix d’omeka-s

Ce projet part du recensement de revues critiques et culturelles extra-européennes ou diasporiques produites durant le XIXe et XXe siècles, notamment de 1817 à 1989. Ce bornage chronologique s’est imposée en raison de l’historicité matérielle du corpus recensé. Mais aussi des conditions historiques, politiques et économiques dans lesquelles se sont exercées ces revues.

Le seuil symbolique de 1000 revues s’est imposé à partir de l’articulation de plusieurs paramètres notamment les événements historiques majeurs et les conditions politiques qui ont participé de l’émergence des revues critiques et culturelles. Ces conditions révèlent que le colonialisme est la modalité politique dominante de la période. On constate, que, malgré la diversité des modalités du colonialisme, ce dernier recouvre les deux-tiers du globe.

De fait et en raisons de ces conditions historiques, on constate qu’une certaine amplitude géographique et temporelle se développe. Ces conditions ont nécessité l’incorporation d’axes thématiques dédiés à la définition des mouvements culturels et politiques d’émancipation dont témoignent les revues. La densité du corpus dit l’importance historique de ces revues. L’indexation a permis de mettre à jour un nombre important de périodiques fondamentaux non-européens qui ont longtemps été écartés des chronologies historiques et des études dédiées aux revues.

Le Portail mondial des revues contient plus de 1000 notices « revue » qui offrent les informations suivantes : titre (translittération, alphabet original, traduction française), description historiqueville de publicationindexation géographique et thématiquedates de publicationlanguesindications bibliographiques.

Les notices contiennent également un lien vers la notice scientifique de la revue sur AGORHA, et s’ils existent, des liens vers des corpus numérisés (598).

Les collections :

Les « Collections » sont des sélections thématiques de revues accompagnées de ressources éditoriales spécialement dédiées tels des articles introductifs.
Ces entrées visent à construire des connaissances avec divers corpus constitués à partir des 1000 revues recensées. Cette partie là exploite pleinement les blocs de contenus que l’on peut mobiliser dans Omeka-s, permettant d’associer des blocs de textes, des blocs de mosaïques de ressources ou encore un affichage cartographique de ces ressources à partir d’une simple requête dans la base des items.

Exemple d’une page de contenu associant différents types de blocs de ressources

Cette partie là de sismo est encore en cours de finalisation et d’autres textes suivront dans les prochains mois.

Les quatre modes exploratoires

Ce site propose des instruments numériques visuels pour exploiter les données recensées dans la base Art global et périodiques culturels. L’objectif est de rendre explicite la manière dont les revues critiques et culturelles témoignent de la circulation située d’idées et de personnes à l’échelle globale.

Explorer la mosaïque des revues et accéder aux contenus

Il s’agit du mode le plus simple, qui consiste à afficher l’ensemble des revues en mettant l’accent dès la grille d’affichage, de la présence ou non du lien vers la ressources numérisée de la revue mis à disposition par des bibliothèques numériques.

Mosaïque des revues suite à un affichage de résultats

Index thématiques hiérarchisés

Au-delà du moteur de recherche néanmoins accessible en haut à droite, les données étant structurées avec une alimentation via des thésaurus et des référentiels, il a été possible de générer des index comme autant de point d’entrées dans la base de données. Ces index sont disponibles pour : les aires géographiques, indexation sujet, lieu d’édition, contributeurs, auteurs édités et enfin les lingues.

Ces index sont disponibles soit sous une forme simple d’index par ordre alphabétique soit sous forme d’arbres hiérarchiques de concepts permettant des regroupements de sens, réalisés par les chercheurs.

Page d’index

Cartographie des revues par le lieu d’édition

La carte des revues situe géographiquement les 1007 revues de la base en les cartographiant selon leur(s) lieu(x) d’édition. Elle offre des informations basiques et un lien vers la notice correspondante, ainsi que des filtres relatifs aux principaux sujets indexés. Elle permet aussi d’afficher la toponymie dans la langue du territoire et les frontières contemporaines en tant que repères dans un espace global dont la géopolitique a largement évolué au long de deux siècles (via l’icône de calque en bas à gauche). On retrouvera des cartes personnalisées dans les notices individuelles ainsi que dans les « collections » de revues.

Pour réaliser cette carte, une succession d’opération a été nécessaire.

  • export d’AGORHA des notices des revues
  • alignement des concepts géographiques via l’API GeoNames
  • création des couches via QGIS
  • génération d’un fichier .geojson
  • création du webmapping avec leaflet.js et intégration dans Omeka-S
Carte globale affichant les 1007 revues sur un fonds de carte sans frontière.

Réseaux de relation entre collaborateurs et revues

La carte du réseau des acteurs permet de visualiser les liens entre les revues et les collaborateurs présents dans la base. Ce n’est pas une carte géographique, mais une carte conceptuelle et relationnelle qui spatialise ces rapports. Les points verts correspondent à des revues tandis que les points rouges correspondent à des personnes. Les liens existants sont indiqués par des traits et sous-tendent une certaine proximité spatiale ; de plus, la quantité de liens a une incidence sur la taille des points. Un clic sur un point va l’isoler dans la carte avec les autres points qui lui sont reliés, et une fiche apparaitra indiquant des informations supplémentaires sur la personne ou revue concernée. Afin d’éviter des biais cognitifs, cette carte conceptuelle a évacué les « auteurs édités » dans les revues, c’est-à-dire des acteurs qui n’ont pas eu (ou dont les sources ne confirment pas) un rôle actif dans la vie de la publication.

Pour réaliser ce réseau, qui reste expérimental et une proposition pour naviguer différemment dans les ressources de sismo, plusieurs outils ont été utilisés :

  • export d’AGORHA des notices des acteurs associés aux revues
  • nettoyage avec OpenRefine
  • génération d’un fichier .gexf avec Table2net
  • manipulation du fichier avec Gephi
  • export grâce au plugin SigmaExporter et intégration dans omeka-s

L’équipe

Ce projet numérique a été mené conjointement par les équipes du :

  • Domaine Histoire de l’art mondialisée sous la direction de Zahia Rahmani responsable du domaine assisté de Esteban Sánchez Oeconomo (2016-2020), avec la collaboration d’Alix Chagué (2015-2017), Florence Duchemin-Pelletier (2016-2019), Stéphane Gaessler (2016-), Aline Pighin (2014-2017), Diane Turquety (2014-2015, 2016-2017).
  • Service numérique de la recherche en la personne de Chloé Gautier, chargée de ressources documentaires (2011-2018), Federico Nurra, chargé de ressources documentaires et numériques (2018-) et Antoine Courtin, responsable du service numérique de la recherche (2019-)
Citer ce billet : Antoine Courtin, "Utiliser Omeka-s pour éditorialiser une base de signalement de périodiques critiques et culturels non-européens ou produits en situations diasporiques : sismo.inha.fr," in Numérique et recherche en histoire de l'art, 22/03/2021, https://numrha.hypotheses.org/1220.

Antoine Courtin

Chef du service numérique de la recherche au département des études et de la recherche à l'Institut national d'histoire de l'art. Maitre de conférence associé à l'Université Paris Nanterre

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search