Portail de recherche dans les archives de la Biennale de Paris 1959 – 1985

Page d'accueil du Portail de recherche dans les archives de la Biennale de Paris : https://bdp.inha.fr/

Page d’accueil du Portail de recherche dans les archives de la Biennale de Paris : https://bdp.inha.fr/

 

Introduction

Elitza Dulguerova, conseillère scientifique du domaine Histoire de l’art du XVIIIe au XXIe siècle, a développé à l’Institut national d’histoire de l’art de 2016 et 2020 le programme de recherche « 1959-1985, au prisme de la Biennale de Paris ». Centré sur l’étude de la Biennale des jeunes artistes qui s’est tenue à Paris entre 1959 et 1985, ce programme avait deux principaux objectifs. Le premier d’ordre documentaire, comprenait la création d’un site Internet de référence réunissant tous les fonds d’archives relatifs à la Biennale, actuellement dispersés entre plusieurs lieux de conservation, ainsi que la numérisation d’ensembles significatifs de documents. Le second d’ordre plus réflexif, qui a donné lieu à un séminaire de recherche mensuel et à des publications qui visent à mieux connaître cette biennale jusque-là très peu étudiée et à réfléchir à ses significations aujourd’hui : à la fois comme objet d’étude historique et comme symptôme de l’âge de la « biennalisation » de l’art contemporain.
Cet automne voit la publication des deux réalisations qui finalisent ce programme de recherche : le portail de recherche dans les archives de la Biennale de Paris 1959-1985, en ligne sur bdp.inha.fr/ et le livre dirigé par Elitza Dulguerova « La Biennale internationale des jeunes artistes. Paris, 1959-1985 », coédité par les Presses du Réel et l’INHA.
C’est l’occasion pour le Service numérique de la recherche (SNR) de revenir sur la réalisation du portail documentaire, dont il avait la charge1, en présentant les objectifs de ce portail, les données à disposition et leur complexité, la réalisation confiée à l’agence de datavisualisation WeDoData2et enfin les principales fonctionnalités du site.

Objectifs du portail

L’objectif du portail était de pouvoir orienter les chercheuses et les chercheurs désirant travailler sur un artiste ayant exposé à la Biennale de Paris vers son dossier d’archives correspondant conservé aux Archives de la critique d’art à Rennes ou à la Bibliothèque Kandinsky à Paris. Parmi tous les documents conservés dans le fonds Biennale de Paris divisé entre ces deux institutions, le choix a été fait de sélectionner seulement les dossiers de participation retenue, ceux-ci offrant la garantie d’une participation effective et regroupant le plus d’information sur chacun des artistes. Toutefois, les informations associées à chacune de ces participations (nom de l’artiste, âge, année de participation, pays…) constituaient suffisamment d’informations pour constituer une véritable base de données. D’où l’idée d’offrir également des outils de visualisation de ces données, permettant de mieux les appréhender et les représenter.

Constitution du fichier de données

Les deux instruments de recherche complets du fonds Biennale de Paris ont été récupérés au format EAD auprès des ACA et de la BK. Un certain nombre d’opérations ont alors été effectuées avec XQuery3 via BaseX4 afin d’obtenir un fichier XML5 homogène, qui a été retravaillé à partir de l’outil de développement d’Excel6 afin d’obtenir au final un fichier CSV7. Différents critères de sélection ont été intégrés à ce processus qui ont permis de sélectionner finement le corpus des artistes ayant participé à la Biennale de Paris. S’en est suivie une longue phase de vérification et consolidation des données, le format tabulaire étant propice, grâce à l’utilisation de filtres, à faire ressortir les anomalies. Ce fichier a alors été considéré comme maître, c’est à dire que l’équipe scientifique nous indiquait les corrections à y intégrer, tous en communiquant avec les deux centres d’archives, pour au besoin faire remonter des corrections dans les instruments de recherche eux-mêmes. Les vérifications ont notamment porté sur la graphie des noms d’artistes, car leur origine internationale induisait une source d’erreur importante quant à la transcription de leurs noms. L’enrichissement a surtout porté sur les dates de vie des artistes, avec malheureusement l’ajout d’une date de mort pour un certain nombre d’entre eux. Enfin, nous avons ajouté également un critère de genre, qui était absent des données initiales, mais qu’il nous a paru indispensable d’introduire, afin de pouvoir effectuer des filtres avec ce critère dans l’outil final. Cette phase du projet est bien entendu la moins captivante, mais est bien sûr indispensable pour la qualité des données mises à disposition. Nous avons eu la chance d’avoir une très forte réactivité de la part de l’équipe scientifique, Elitza Dulguerova assistée de Federica Milano, qui a été indispensable pour cette étape cruciale.

Des données complexes

La complexité des données de la Biennale de Paris est liée à la singularité de cet objet d’études. Une manifestation qui n’a cessé de se réinventer tout au long de ses treize éditions, en adaptant son règlement et son organisation, dans des décennies aux mutations historiques importantes. Des participations à la Biennale qui ont été faites à titre individuel ou au titre d’un collectif. Des artistes qui apparaissent comme individus et/ou comme membres d’un collectif. Des participations qui peuvent avoir eu lieu à une ou plusieurs éditions de la Biennale. Une manifestation qui a évolué, accueillant en son sein une Biennale de l’architecture pour les dernières éditions. Des pays de nationalité des artistes, mais aussi un pays de participation, sans pour autant que ce soit le même. Des catégories de création renouvelées au fil des éditions et de la propre évolution des arts plastiques, ce qui complexifie un simple classement par catégories. La connaissance en profondeur des arcanes de la Biennale par l’équipe scientifique du projet a heureusement permis de transformer cette complexité en autant de critères de sélection simples, qui ont guidé la conception du portail.

Réalisation du portail de recherche

Le recours à un prestataire spécialisé en narration et visualisation de données8 semblait donc particulièrement pertinent pour ce projet. Il s’agissait en effet de transformer la complexité des données en autant de critères simples d’interrogation pour les chercheurs, de pouvoir visualiser ces résultats de recherche sous une forme attractive et pertinente, et au final de rebondir vers les instruments de recherche respectifs des ACA et de la BK. Après une mise en concurrence, le SNR a fait appel à l’agence WeDoData9, avec qui il avait déjà collaboré pour le site Sur la piste des ventes d’antiques10. L’équipe de WeDoData11 a proposé une maquette, qui a été débattue et commentée par l’équipe projet Biennale, ne retenant que les visualisations les plus pertinentes aux yeux des chercheurs et qui pouvaient rentrer dans le projet alloué. Une fois la maquette fonctionnelle12 validée, nous avons réceptionné l’outil de développement en version bêta qui a été recetté et amélioré. Bien entendu, l’interrogation et la visualisation des données a fait encore ressortir d’ultimes corrections à apporter au fichier maître. Mais l’outil a été conçu pour qu’un export et réimport du fichier de données soit facilité, ce qui permet d’envisager une maintenance accrue du site. Par contre, il nous a fallu cette étape du projet pour que l’équipe scientifique nous fasse remonter des incohérences dans l’affichage des données, qui avaient une origine plus structurelle. En effet, nous nous sommes rendu compte à cette étape avancée du projet, qu’un simple fichier tabulaire ne pouvait pas intégrer la multiplicité des relations entre artistes, participations et dossiers d’archives et que l’unité documentaire du projet en était faussée. C’était pour le coup une erreur de conception de notre part, qui a heureusement trouvé sa résolution en articulant le fichier maître en trois fichiers CSV reliés par des clés, l’un pour les artistes, l’autre pour les participations aux Biennales, et le troisième pour les dossiers d’archives. Avec cette articulation, on obtenait en effet un outil fonctionnel rendant compte du fait qu’un artiste a pu participer à une ou différentes éditions, à titre personnel ou au titre d’un groupe d’artistes, et dont les dossiers d’archives peuvent être conservés simultanément à la BK ou aux ACA. 

Notice de Marina Abramovic : https://bdp.inha.fr/liste/#artist=ART_00018

Fonctionnement du portail de recherche

La page d’accueil du portail de recherche dans les archives de la Biennale de Paris 1959 – 1985 permet trois visualisations différentes : une vue liste, une vue graphique et une vue tabulaire.  La vue liste permet de visualiser tous les artistes et leur participation à la Biennale, sous forme de notices individuelles.  La vue graphique offre différents types de visualisation, les plus adaptées aux données qu’elles mettent en valeur, permettant une approche synthétique des données. Enfin la vue tabulaire est celle qui a l’apparence la plus proche du fichier de données, et c’est pourquoi nous étions attaché à ce qu’elle figure dans l’outil. Il est aisé de passer d’une vue à une autre, et toutes ces différentes vues sont en interactivité avec la barre de filtres située à gauche, qui permet de préciser la recherche. Les filtres correspondent aux différents critères du jeux de données : artiste, sexe, âge, pays, année, type d’artiste, type de participation, catégorie de création, type de biennale, lieux de consultation et cote. Les données sont téléchargeables à partir de la vue tabulaire, soit en totalité si aucun filtre n’est actif, soit partiellement en fonction des filtres appliqués. Les données dont placées sous licence Creative Commons 4.0, ce qui permet aux utilisateurs de télécharger et réutiliser les données, sous réserve d’en citer la source. La rubrique Á propos décrit en détail le portail, présente les ressources hors périmètre et décrit en détail les caractéristiques de chacun des filtres. Cette rubrique est accessible aussi en anglais, sous forme de fichier au format pdf13, accessible via la rubrique Discover the project. La rubrique Ressources présente les partenaires du projet, ACA et BK et renvoie à d’autres sources complémentaires à la Biennale de Paris. 

Conclusion

Le projet d’élaboration du portail de recherche a privilégié le renforcement de la description documentaire aux ACA et à la BK, avant d’en extraire les données afin de constituer le corpus du portail. En plus de l’objectif simple d’aider les chercheuses et les chercheurs à repérer les dossiers d’archives à consulter dans ces deux centres d’archives, un véritable outil d’interrogation a été mise en place, grâce aux filtres, et des visualisations permettent d’appréhender sous des formes graphiques adaptées un ensemble important de données. Au final, on peut télécharger toutes les données, ou seulement celles liées à sa requête, dans un format semblable au tableau de données qui alimente le portail, et qui peut être mis à jour facilement. Ce portail s’inscrit donc pleinement dans les objectifs de la charte pour la science ouverte que l’INHA a adopté14. Nous espérons avec nos partenaires, les Archives de la critique d’art et de la Bibliothèque Kandinsky, que ce portail constituera un outil utile aux chercheuses et chercheurs qui se consacre à l’art de la deuxième moitié du XXe siècle.

Lire également l’article d’Elitza Dulguerova consacré à ce portail sur le carnet du programme de recherche.

Voir la présentation du projet sur le site de l’agence Wedodata.



Citer ce billet
Pierre-Yves Laborde (2023, 21 novembre). Portail de recherche dans les archives de la Biennale de Paris 1959 – 1985. Numérique et recherche en histoire de l'art. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sgw0

  1. équipe de production du portail de recherche : Antoine Courtin, chef du service numérique de la recherche de l’INHA jusqu’en 2021 ; Federico Nurra, chef du service numérique de la recherche de l’INHA depuis 2021 ; Pierre-Yves Laborde, chargé de ressources documentaires et numériques, adjoint au chef du service numérique de la recherche de l’INHA ; Elitza Dulguerova, maîtresse de conférences, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, ancienne conseillère scientifique à l’INHA ; Federica Milano, doctorante à l’Université Paris-Sorbonne ; Sonia Descamps, responsable du pôle ingénierie documentaire, Bibliothèque Kandinsky, Mnam-Cci, centre Pompidou ; Mica Gherghescu, responsable du pôle recherche et programmation scientifique , Bibliothèque Kandinsky, Mnam-Cci, centre Pompidou ; Céline Heytens, archiviste responsable des collections contemporaines, Bibliothèque Kandinsky, Mnam-Cci, centre Pompidou ; Antje Kramer-Mallordy, maîtresse de conférences, Université Rennes 2, directrice des Archives de la critique d’art jusqu’en 2023 ; Laurence Le Poupon, chargée des archives, Archives de la critique d’art []
  2. https://wedodata.fr/ []
  3. langage de requête XML []
  4. système de gestion de données XML []
  5. Estensible Markup Language []
  6. logiciel tableur de la suite bureautique Microsoft Office []
  7. Comma-separated values []
  8. en anglais, data visualization et storytelling []
  9. https://wedodata.fr/ []
  10. https://ventesdantiques.inha.fr/ []
  11. Karen Bastien, Élodie Cassignol et Anthony Veyssiere []
  12. Wireframe []
  13. Portable Document format []
  14. https://www.inha.fr/fr/actualites/actualites-de-l-inha/en-2023/charte-pour-la-science-ouverte.html?search-keywords=charte []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search