Le musée des Monuments français d’Alexandre Lenoir, histoire et collections

La base de données des œuvres passées par le musée des Monuments français d’Alexandre Lenoir est intégralement en ligne depuis l’été 2020 dans AGORHA.

Un projet en partenariat

Fruit d’un partenariat entre l’Institut national d’histoire de l’art et le musée du Louvre, la base de données recense les œuvres qui ont été cataloguées par Alexandre Lenoir, d’abord garde du dépôt des œuvres d’art des Petits-Augustins à Paris, puis conservateur du musée des Monuments français, de 1795 à 1816.

Portrait d’Alexandre Lenoir par Jacques-Louis David, huile sur toile, Paris, Musée du Louvre / (cc0) Domaine public

La mise en ligne concerne plus de 2000 œuvres, principalement des sculptures, mais aussi des objets d’art (comme par exemple, le baptistère de saint Louis), des tableaux  (le portrait de la famille du prévôt des marchands Jean Jouvenel des Ursins), des vitraux (le portrait de François Ier) ou des éléments de mobilier (ceinture de la grande châsse de la Sainte-Chapelle) .


Une partie des notices porte sur des œuvres localisées, en particulier dans des musées ou des églises, mais d’autres ne sont plus connues que par leur mention et parfois leur reproduction dans les sources concernant le musée des Monuments français. La base permet aussi de retracer l’histoire des ensembles monumentaux, en particulier des éléments provenant de tombeaux parisiens ou d’Ile-de-France : certains avaient déjà été déplacés avant la Révolution, à l’exemple de plusieurs tombeaux princiers de Royaumont (comme par exemple le tombeau de Philippe-Dagobert)

Après leur mise en scène au musée des Monuments français, ces éléments ont connu des destins variés, puisque les œuvres du musée des Monuments français ont, pour certaines, été réinstallées dans des églises à Paris (tombeau de Pierre Mignard, à l’église Saint-Roch) et dans toute la France, ou ont été intégrées aux collections de grands musées comme le Louvre (effigie funéraire de Jacques de Souvré), le musée du château de Versailles (statue de Louis XIV par Jean Warin) , le musée de la Malmaison, le musée de Cluny (Adam, provenant de Notre-Dame de Paris), le musée de la Renaissance à Ecouen (mosaïque d’après Davide Ghirlandaio) et même le Metropolitan Museum de New York (bas-relief provenant du tombeau de la princesse Martinozzi)

Ci-dessous, la carte localise les lieux/institutions conservant aujourd’hui des oeuvres issues du musée des Monuments français d’Alexandre Lenoir. Sur les 2139 oeuvres recensées dans la base de données, 1357 ont été localisées (plus ou moins précisément), réparties dans 120 institutions différentes à travers le monde.

Voir en plein écran

La base de données croise les sources documentaires créées au XIXe siècle avec la documentation scientifique actuelle. 1411 des 2139 notices sont illustrées : par des photographies des œuvres, ou par des reproductions des dessins et gravures réalisés à l’instigation d’Alexandre Lenoir, à l’époque du musée des Monuments français. La Réunion des musées nationaux-Grand Palais, différents services du musée du Louvre et la bibliothèque numérique de l’INHA ont plus particulièrement œuvré pour l’illustration des notices d’œuvres.

Plus de 300 artistes figurent au catalogue des œuvres passées par le musée des Monuments français, et la base comporte près 900 références bibliographiques. Les notices comportent des liens vers d’autres bases de données patrimoniales, telles que Pop ou Cat’zArts, œuvres mentionnées et reproduites par l’érudit Roger de Gaignières, sites de musées ou de bibliothèques.

Choix d’œuvres de la base de données

Prévisualiser(ouvre un nouvel onglet)

Une base données en évolution

Toujours perfectible, la base de données peut encore s’enrichir et s’améliorer grâce à ses utilisateurs.

N’hésitez pas à nous contacter via ce formulaire de contact pour toutes précisions ou corrections que vous souhaitez apporter à la base de données.


Citer ce billet : Béatrice de Chancel-Bardelot, "Le musée des Monuments français d’Alexandre Lenoir, histoire et collections," in Numérique et recherche en histoire de l'art, 03/09/2020, https://numrha.hypotheses.org/1464.


Béatrice de Chancel-Bardelot

Archiviste paléographe (promotion 1986) Conservateur du patrimoine (Etat) depuis 1988 Pensionnaire à l'INHA (2010-2014) Conservatrice générale depuis 2016 Conservatrice des tapisseries, musée de Cluny, Paris, depuis 2014

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search