A propos du coût des images d’œuvres patrimoniales

Ce billet est publié sur le carnet Numrha dans le cadre de la parution du guide pratique pour la recherche et la réutilisation des images d’oeuvres d’art. Le présent billet complète les chapitres 7 (où et comment trouver des images en ligne ?) et 9 (Dialoguer avec les institutions).

John Haberle, Imitation, peinture, 1887, Washington, National Gallery of Art. CC 0.

La tarification en vigueur pour les images au sein des institutions culturelles ou organismes de vente d’images est extrêmement variée, et elle dépend au premier chef de critères liés à l’usage projeté par l’acquéreur. Mais une grande différence existe aussi souvent au niveau de la clarté de l’information sur les tarifs : les barèmes affichés , qui permettent à l’usager de programmer le coût de l’iconographie d’un projet, ne sont pas systématiquement présents, et il existe parfois des variables surprenantes dans les réponses faites aux demandes de devis.

Plusieurs agences d’images ou de gestions de droits publient des informations précises sur leurs tarifications soit sous forme d’un barême mis à jour chaque année (ADAGP) soit directement dans la fiche de la reproduction (Bridgeman Images). Il faut distinguer entre les coûts relevant d’une rémunération des droits d’auteur et ceux qui relèvent d’une prestation exécutée par le fournisseur (recherche d’images, coût de fourniture, coût de réalisation), en principe beaucoup moins élevés.

Les quelques exemples listés ci-dessous se fondent soit sur les informations présentes sur les sites, soit, quand il n’y en a pas, sur des témoignages individuels relevés, notamment,  à l’occasion de l’enquête préliminaire au rapport Droits des images, histoire de l’art et société (2018) ; dans ce cas, ils peuvent être sujets à des évolutions.

Coût de fourniture d’une image existante

  • Réunion des Musées Nationaux :  tarif négocié (publication scientifique):  22 euros (2017); tarif non négocié (publication scientifique payante, publication de thèse): 54/57 euros- pouvant être plus élevé en fonction du support prévu (catalogue d’exposition).

Coût de réalisation d’une image

Il s’agit du coût de production dans le cas où l’image demandée n’existe pas : l’institution fait alors payer des frais techniques correspondant au travail effectué pour la prise de vue.

  • Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art : à partir d’un forfait initial de 5 euros (1 à 25 vues)  pour les recueils, 5 euros 50 pour les documents à la pièce (à partir de 10 vues). La grille complète est consultable en ligne.
  • Bibliothèque nationale de France : numérisation à la demande: de 25 à 50 euros en fonction de la définition. La grille complète est consultable en ligne.
  • Archives de France: de 5 à 50 euros en fonction de la qualité et de la définition. La grille complète est consultable en ligne.
  • Archives des Hautes-Alpes : 0,25 centimes la vue, 10 euros pour les grands formats.
  • Musée de Bretagne : 40 euros 

A l’étranger

  • British Museum Images :  Le barème détaillé est disponible en ligne. Les images des oeuvres du British Museum, diffusées sous la licence CC BY-NC-SA 4.0, sont gratuites pour une utilisation académique, à l’exclusion des publications payantes considérées comme commerciales. Celles-ci relèvent donc de ce barème.
  • National Gallery de Londres  : 65 livres (72 euros) pour une image  dans une publication académique au tirage de 350 exemplaires)
Citer ce billet : Martine Denoyelle, "A propos du coût des images d’œuvres patrimoniales," in Numérique et recherche en histoire de l'art, 03/06/2021, https://numrha.hypotheses.org/2142.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search