Les bases de données de l’INHA, une longue histoire

A quelque semaines de la mise en ligne de la nouvelle version d’AGORHA, plateforme des bases de données de l’INHA, il apparaît important de revenir sur ses origines, d’un point de vue technique mais aussi humain. Un second billet vous présentera bientôt comment AGORHA compte faire sa mue.

Le décret de création de l’Institut national d’histoire de l’art (INHA) précise que l’institut exerce des activités de recherche, de formation et de diffusion des connaissances. Ces missions peuvent prendre la forme de programmes de recherche qui visent à produire des ressources pour l’ensemble de la communauté des chercheurs du domaine de l’histoire de l’art et du patrimoine et à valoriser les fonds de la bibliothèque de l’INHA, en ouvrant si possible de nouveaux champs d’investigation et en fournissant de nouveaux instruments de travail. Dès la création de l’association de préfiguration de l’INHA en 1998, certains de ces instruments ont pris la forme de bases de données, comme c’était le cas pour les projets de recherche sur l’Histoire du goût et l’Histoire de l’histoire de l’art et de l’archéologie en France, tous deux sous la responsabilité de Philippe Sénéchal (Les Nouvelles de l’INHA, mars 2000, n° 1). Ces projets répondaient en général à deux objectifs différents : la saisie d’une source de façon organisée dans une base de données, afin de pouvoir l’utiliser au mieux d’une part ; la réalisation d’une base de données sur un thème précis, les sources nécessaires n’étant pas réunies à l’avance d’autre part. La base Musica répond bien à ce premier cas de figure, puisque cette base décrit toutes les illustrations publiées dans cette revue consacrée à la musique entre 1902 et 1914. Le Répertoire des tableaux italiens dans les collections publiques françaises (XIIIe-XIXe siècles), RETIF, ce recensement de plus de 13 000 peintures de chevalet italiennes qu’il localise, identifie et documente, est un bon exemple du second.

Mais quelles que soient les caractéristiques très différentes de ces projets de recherche, s’est fait jour assez vite l’idée de maintenir leur intégrité et d’assurer leur diffusion via un même outil, une application unique dans laquelle pourraient être conçues et publiées des bases de données en histoire de l’art, afin d’en harmoniser le contenu et la présentation, dès l’émergence des projets de recherche jusqu’à leur publication.

Cette ambition a pris la forme d’une plateforme de bases mutualisées que l’on appelle AGORHA. Nous en suivrons l’historique de son évolution technique, en retraçant l’aventure humaine qu’elle a aussi constitué, avant de décrire la structuration documentaire qu’elle permet, les différents modes d’interrogation et d’affichage et la gestion des fichiers multimédia qu’elle procure. A la veille de renouveler complètement son architecture technique afin de l’inscrire davantage dans le web de données, il nous a semblé judicieux de décrire AGORHA par le menu.

Évolution technique

Dès la création de l’INHA, les bases de données ont été conçues conjointement par les chercheurs et les chargées de ressources documentaires, telles Anna Hantaï et Élisabeth Dartiguenave, qui ont accompagné dès 2000 la structuration des données, la normalisation bibliographique et archivistique, afin d’harmoniser au mieux les pratiques. Élaborées le plus souvent avec le progiciel FileMakerPro, certaines bases n’étaient accessibles qu’en interne, et d’autres n’ont été diffusées sur le site web de l’INHA qu’à partir de 2004. Aude Guého et Gilles Travaillard, du service des systèmes d’information, réalisaient pour ce faire un export de FileMakerPro vers MySQL, générant une base interrogeable via un formulaire hébergé par le CMS (Content Managment System) du site de l’INHA, qui était SPIP à l’époque. Mais, au moment de la conception de ces programmes de recherche, la forme livresque était encore envisagée comme moyen principal de communication des résultats finaux, la base de données n’étant qu’une « annexe » numérique. Les projets éditoriaux papiers du Dictionnaire critique des historiens de l’art actifs en France, ou du Répertoire des tableaux italiens dans les collections publiques françaises n’ont finalement jamais abouti sous cette forme et c’est une publication numérique qui a tenu ce rôle.

Consultation du RETIF sur le site de l’INHA, 15 nov. 2008 (source Internet Archive).

Entre 2004 et 2006, une première phase du projet a été menée par Janny Léveillé, responsable de la cellule d’ingénierie documentaire du département des études et de la recherche de l’INHA. Elle consistait en une étude des besoins, l’élaboration du cahier des charges et du cahier des clauses techniques particulières, ainsi que de l’appel d’offre dans le cadre d’un marché à dialogue compétitif. Le choix de ce type de marché n’était pas anodin, car c’était ses prémices, et il avait été justement pensé afin de trouver une solution adaptée à la conclusion de marchés complexes, où « le pouvoir adjudicateur n’est objectivement pas en mesure de définir seul et à l’avance les moyens techniques pouvant répondre à ses besoins » (Code des marchés public, 2006). Le choix final s’est finalement porté sur le progiciel Flora Musées de la société Ever-Team. Cette société est devenue ensuite Everteam, puis a cédé ce progiciel à la société Decalog. Malgré ces vicissitudes, le chef de projet est toujours resté le même, Nicolas Schreiber, ce qui était un gage de continuité pour le projet.

A partir de 2006, Sophie Annoepel-Cabrignac a été recrutée au département des études et de la recherche en tant que chef de projet du système documentaire multimédia. C’est elle qui a mené la seconde phase de conception de cet outil, consistant en l’élaboration du modèle conceptuel de données, puis en la validation des spécifications fines jusqu’aux tests du prototype. Intégrant ensuite la tête de la cellule d’ingénierie documentaire, son travail s’est poursuivi avec la reprise des données et la mise en production de l’outil à la fin 2009, sous le nom d’AGORHA, l’acronyme d’Accès Global et Organisé aux Ressources en Histoire de l’Art.

Logo initial de l’application, 2011

A partir de 2010, de nouvelles bases telle celle des Transferts artistiques dans l’Europe gothique, ont été conçues directement dans l’outil, alors que les paramétrages continuaient d’être réglés et que la reprise des données se peaufinait. C’est en mars 2011 que l’application AGORHA est finalement devenue accessible au public sur le web, avec un total de 75 000 notices issues de 14 bases de données publiées en totalité ou en partie seulement, auxquelles il fallait ajouter les 450 000 notices du Répertoire d’art et d’archéologie numérisé.

Carton d’invitation à la présentation d’AGORHA, 15 juin 2011.

D’un point de vue technique, le choix d’une application web permettait une saisie effectuée depuis n’importe quel lieu, avec comme unique réserve le fait d’avoir une connexion internet, et une publication dans ce même outil, via un simple changement de statut de la notice. L’architecture technique d’AGORHA, entièrement hébergée par l’INHA, reposait sur un serveur applicatif Flora Musées s’exécutant en load balancing sur quatre instances de Tomcat, derrière une instance Apache, et un serveur de bases de données Oracle, avec une authentification en partie déléguée au serveur LDAP (Lightweight Directory Access Protocol). La gestion électronique de documents (GED) avait été conçue pour abriter des images, des vidéos et des sons (finalement ces deux derniers ne furent jamais utilisés) et des ouvrages numériques intégrés à la solution Flora. Ces derniers revêtaient une importance particulière car la bibliothèque numérique de l’INHA devait initialement intégrer AGORHA, avant d’opter pour une solution propre, à la veille de la finalisation du projet. Enfin, un import au format EAD (Encoded Archival Description), spécifique des archives, permettait d’afficher et d’obtenir en résultat de recherche les notices des manuscrits de la bibliothèque de l’INHA décrits dans Calames. Cela permettait de limiter l’interrogation des collections à seulement deux points d’entrée, le catalogue des collections de la bibliothèque et AGORHA. Inversement, l’export au format EAD à partir d’AGORHA a permis la rétro conversion des archives, autographes et photographies, décrites par lots ou à la pièce dans AGORHA vers Calames (travail en cours de finalisation en 2021). Avec le Sudoc, le deuxième point d’entrée pour décrire et interroger les collections sera désormais Calames, tous deux développés par l’ABES (Agence bibliographique de l’enseignement supérieur).

Page d’accueil d’AGORHA (2011-2018)
Interface de recherche d’AGORHA (2011-2018)

Après une période d’intérim et un recrutement malchanceux, Julie Leclerc est devenue responsable de la CID en 2013. Un marché avait été lancé pour mettre en place une tierce maintenance applicative (TMA) sur l’application AGORHA, afin d’encadrer les modalités et les coûts des maintenances correctives et évolutives. C’est dans ce cadre qu’ont été mis en place les permaliens PURL (persistent uniform resource locator) et le moissonnage des métadonnées d’AGORHA via le protocole OAI-PMH (Open Archives Initiative Protocol for Metadata Harvesting), qui a permis d’interroger la base de données depuis les fournisseurs de service des tutelles de l’INHA, le moteur collections du ministère de la culture et Isidore du TGIR Huma-Num (Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche). A contrario, c’est ce même protocole OAI-PMH qui a permis de moissonner dans AGORHA les métadonnées de la bibliothèque numérique de l’INHA.

En 2015, une étude d’opportunité pour la refonte du système d’information documentaire du département des études et de la recherche avait été conduite par la société Ourouk. Cette étude comportait le positionnement du projet et l’analyse de l’existant documentaire, afin d’avoir des recommandations en termes de production et de diffusion de données face aux nouveaux enjeux des humanités numériques. Le nouveau responsable de la cellule d’ingénierie documentaire, Antoine Courtin, avait pris ses fonctions sur ces entrefaites, au moment de la restitution finale de l’AMOA, qui préconisait que l’INHA se dote d’une plateforme modulaire et évolutive, intégrant les éléments les plus éprouvés des technologies actuelles. L’ambition était de faire d’AGORHA une plateforme de données ouvertes et liées en histoire de l’art, ancrée dans le web sémantique, offrant un espace d’éditorialisation.

Cette réflexion devait s’inscrire dans une stratégie d’établissement, correspondant à des investissements lourds et à un nécessaire monté en compétences des équipes. Pourtant régnait une certaine impatience des utilisateurs face à une application dont on s’accordait à trouver la technologie vieillissante.

Une double approche fut alors défendue par Antoine Courtin auprès de la direction : mener rapidement une montée de version de l’existant, puis envisager une approche ad novo en parallèle, sur l’expertise d’une assistance à maîtrise d’ouvrage (AMO).

C’est ainsi que le changement de version du progiciel Flora, mis en œuvre en mai 2018, a permis la livraison d’une interface plus performante avec :

  • Amélioration de l’ergonomie, notamment de la page d’accueil
  • Recherche par autocomplétions
  • Amélioration de la présentation des bases de données
  • Mise en place des facettes (recherche par filtres)
  • Plus grande visibilité sur les moteurs de recherche (création de sitemaps, balisage en schema.org)
  • Permaliens ARK (Archival Resource Key)

Une fois cette amélioration apportée, la cellule d’ingénierie documentaire s’est engagée pleinement, à partir de 2018, dans le ré-outillage d’AGORHA, non pas simplement un changement de version mais bien un changement total de l’infrastructure, avec l’objectif de ne plus dépendre d’un progiciel propriétaire et de pouvoir s’inscrire pleinement dans le web de données.

Structuration documentaire

L’application AGORHA regroupe des bases de données produites par l’INHA et ses partenaires. Le département des études et de la recherche (DER) est bien entendu le plus grand pourvoyeur de bases de données, issues des huit domaines de recherche du DER. Le département de la bibliothèque et de la documentation (DBD) y décrit la plupart de ses collections patrimoniales, qui sont en cours de rétro-conversion dans Calames. L’unité de service et de recherche du CNRS et de l’INHA, InVisu, l’a également testée pour y diffuser l’une de ses réalisations sur les dessins de Jules Bourgoin. Enfin, AGORHA est aussi utilisé par des partenaires de l’INHA, tels que le musée du Louvre ou l’UMR ANIMHA. Cette configuration des producteurs de bases de données est pourtant plus complexe qu’elle n’y parait, car les bases du DER sont rarement développées sans l’appui de différents partenaires et certaines bases ont été élaborées grâce à collaboration entre le DBD et le DER.

Les bases de données sont très structurantes dans AGORHA : chaque notice documentaire est nécessairement rattachée à au moins l’une d’entre elle. En raison du principe de mutualisation qui a cours dans l’application, certaines notices utilisées par plusieurs projets, sont rattachées à plusieurs bases de données. Ces notices dites mutualisées sont donc enrichies par des informations complémentaires ou contradictoires, qui peuvent être le fruit de méthodologies ou d’approches différentes. Mais cela se passe en très bonne intelligence, avec le respect qui est d’usage entre chercheurs.

Chaque base de données est décrite dans une notice qui explicite le programme de recherche effectué, les dates de cette recherche, les partenaires, le nom des personnes des équipes participantes, etc, autant d’informations qui sont donc accessibles d’un simple clic à partir de chacune des notices d’AGORHA. La présentation des bases de données dans AGORHA a évolué : au départ, ces bases étaient regroupées par domaines de recherche du DER, même si ces dernières étaient produites par des partenaires extérieurs à l’INHA. Finalement, un affichage par type de table principale ou par nom de base de données a été privilégié.

AGORHA, présentation des bases de données, 2021.

La structuration documentaire se décline également en différentes tables, des ensembles de données organisées dans une même structure, correspondant à autant d’objets d’études potentiels : les œuvres, les personnes, les édifices, les collections. D’autres tables décrivent des actions temporelles, comme les événements ou les provenances, ou des typologies documentaires spécifiques, telles les fonds d’archives, les manuscrits, les références bibliographiques ou les mentions d’archives. Une table particulière, celle des rapports et réseaux, met l’accent sur les liens entre notices pour chacun des types de tables. Cela permet par exemple de matérialiser un lien familial entre deux personnes, de relier des panneaux de polyptyques dispersés ou différentes éditions d’un même ouvrage. Les métadonnées techniques et juridiques des images numériques sont également décrites dans une table spécifique, qui vient en complément de la gestion électronique des documents qui s’attache à l’ordonnance des fichiers. D’autres tables plus techniques sont associées aux formats OAI-PMH et EAD ou aux ouvrages numériques.

Et toutes ces tables sont constituées de notices, des fiches qui décrivent de manière unique et sans ambiguïté une ressource documentaire, c’est à dire un item, avec une structuration étudiée et spécifique à chacune des tables, dans le respect des normes et standards d’usage. Une œuvre sera ainsi décrite par un titre, un auteur, des dimensions, etc, alors qu’une personne le sera avec un nom usuel, d’autres noms, une date et un lieu de naissance et de décès, un sexe, etc.

AGORHA, schéma des relations entre les différentes tables de la base du RETIB.

C’est au niveau de la notice qu’est géré son état d’avancement et son circuit de validation et de publication. En effet, c’est ce workflow qui permet à une notice de passer d’un état « En cours de saisie » à celui de « notice publiée », et être ainsi consultable par les utilisateurs. Les notices elles-mêmes sont articulées en différentes zones répétables ou non, constituées de champs mono ou multivalués ou textuels. Certains champs permettent de relier des notices de différentes tables entre elles, ce qui est le propre des bases de données relationnelles. Ainsi une notice décrivant une personne et celle d’une œuvre seront reliées entre elles, accompagnée de la description d’un rôle pour caractériser cette relation spécifique réunissant un auteur à son œuvre. Et d’autres champs permettent d’introduire des liens à des ressources extérieures, de même que ces ressources peuvent pointer de façons réciproques vers celles d’AGORHA. Ces liens, ou permaliens car ils sont conçus comme courts et pérennes selon des standards partagés par d’autres institutions documentaires, forment un réseau de relations complexes comme autant de toiles d’araignées.

Au final de cette descente vertigineuse, il y a la data, objet actuellement de tant de développement et de visualisation dans les humanités numériques. Cette donnée, c’est la valeur contenue dans un champ, qu’elle soit textuelle ou reliée à un référentiel, c’est-à-dire structurée. Tous les champs d’indexation d’AGORHA sont doublés d’un champ textuel, permettant d’ajouter au mot-clé sélectionné une précision ou un commentaire. Ces données structurées dans l’application sont issues de listes de valeurs (listes alphabétiques de termes), ou de thésaurus (listes hiérarchisées de termes contrôlés et normalisés représentant les concepts d’un champ de la connaissance). Ces listes et thésaurus ont été souvent repris des référentiels mis en œuvre au ministère de la Culture pour ses bases nationales (Joconde, Palissy, Mérimée, etc) ou dans le monde des bibliothèques de l’enseignement supérieur (RAMEAU).

AGORHA, formulaire de saisie de la table des œuvres, 2021.

Le modèle conceptuel des données d’AGORHA permet d’en établir une gestion mutualisée et transversale, ainsi qu’une représentation complexe de toutes les dépendances fonctionnelles qui unissent les données entre elles. On y retrouve les entités (objets ayant des caractéristiques comparables), les relations (association liant plusieurs entités ou plusieurs types), les propriétés (définition d’une caractéristique d’un objet ou d’une association), autant de composantes facilement transposables dans le web de données. Ce sera d’ailleurs le point de départ de la refondation d’AGORHA qui sera présentée dans un prochain billet.

Différents modes de recherche et d’affichage

L’application AGORHA met à disposition différents modes de recherche, du plus simple au plus complexe. Sur la page d’accueil, un cartouche de recherche unique permet d’interroger en plein texte l’ensemble des notices, quel que soit leur type, avec un ou plusieurs critères de recherche. En revanche, la consultation des résultats s’opère avec un filtre sur le type d’objet (œuvres, personnes, etc) car une contrainte technologique due au progiciel ne permet pas l’affichage conjoint de notices issues de tables différentes.

Un deuxième niveau de recherche permet d’interroger une table spécifique (œuvres, personnes, collection…) par regroupement de champs correspondant à des notions générales (type, titre, date…), avec des critères de recherche issus d’un index, où chaque terme est accompagné du nombre d’occurrences correspondant. Un filtre sur la base de données permet de limiter l’affichage des notices résultantes à l’une d’entre elles. Enfin, un autre cartouche permet la recherche en plein texte sur le contenu des documents pdf joints aux notices, grâce à l’utilisation des fichiers d’océrisation.

Un troisième niveau de recherche correspond à la recherche experte, qui permet de combiner la sélection d’un champ, d’un opérateur numérique ou booléen (et, ou, sauf) et de critères de recherche, combinaison répétable en autant de lignes que l’on souhaite, avec l’application possible d’un filtre sur la base de données.

AGORHA, formulaire d’interrogation de la recherche experte, 2021.

Un quatrième niveau est constitué par la recherche par liens, ou en plus des spécificités de la recherche experte, s’ajoute la possibilité de croiser des critères issus de tables différentes.

D’autres possibilités de recherche ou de navigation sont proposées comme l’accès à une base de données précise, dont on peut consulter tour à tour toutes les notices qui la composent, table par table, ou bien en interroger de manière spécifique le contenu. Outre ces liens inter tables, les rebonds permettent eux, en cliquant sur un terme affiché sous forme de lien, d’en rechercher toutes les occurrences. Enfin, la table des archives, se présentant sous forme d’arborescence dépliable, offre une navigation par niveaux archivistiques, des fonds aux séries, des dossiers aux pièces.

L’affichage des résultats de tous ces différents modes de requête est aussi paramétrable par l’utilisateur, qui peut ainsi afficher les résultats de recherche sous forme de mosaïque d’images, de chemin de fer, de cartels, textuelle ou tabulaire, privilégiant ainsi une approche visuelle, textuelle ou tabulaire. Enfin, la visualisation des images est facilitée par un outil intégré présentant quelques fonctionnalités usuelles, telles le zoom, l’export, mais aussi un comparateur, permettant de regarder une image fixe en comparaison à d’autres que l’on fait défiler.

Outre l’affichage, l’échange des données est facilité par des possibilités d’export des notices, individuellement ou par lots, en mode liste ou notice complète, fonctionnalités plus ou moins ouvertes à tous les utilisateurs, en fonction de leurs droits.

Une application multimédia

AGORHA a souvent été qualifié de projet multimédia, et c’est une dimension non négligeable de l’application. En effet, une gestion électronique des documents permet d’associer aux notices des images, dont les métadonnées sont décrites dans une table spécifique (images numériques), mais aussi des fichiers au format pdf ou de bureautique (Word, Excel, etc). L’application permet également d’afficher et de lier aux notices des ouvrages numériques, qui peuvent être feuilletées et dont on peut afficher la table des matières et les pages, sous forme d’images en plusieurs résolutions.

Page de garde du premier fascicule du RAA, 1910.

L’un d’entre eux, le Répertoire d’art et d’archéologie (RAA), est le plus volumineux et le plus spécifique. Il regroupe les 69 premières livraisons numérisées de cette revue bibliographique publiée par la bibliothèque d’art et d’archéologie, l’ancêtre de la bibliothèque de l’INHA, de 1910 à 1972, correspondant à 19 000 pages, sur lesquelles 450 000 focus sont effectués sur chacune des références bibliographiques. Un travail fin d’indexation complète cette numérisation, permettant outre la recherche plein texte sur les références et leurs résumés, des recherches transversales sur les index auteurs, sujets, titres de périodiques (pour les articles) et lieux de vente (pour les catalogues de ventes). La recherche dans le RAA s’effectue également par numéro de fascicule ou via l’interrogation des tables des matières. Cette ressource doit être prochainement accessible sur le site de l’INIST, OpenBibArt, où les autres périodes de parution de cette bibliographie de références seront disponibles, puisque les données de l’INHA seront regroupées avec celles du CNRS et du Getty (BHA et RILA).

A suivre…

En 2021, ce sont 43 bases de données qui sont consultables dans AGORHA, avec un volume de plus de 250 000 notices et une moyenne de fréquentation de 9 000 visites par mois. Reflétant les programmes de recherche de l’INHA, ces bases de données explorent une période allant de l’Antiquité à nos jours, constituant des corpus d’œuvres, des répertoires bibliographiques, des bases prosopographiques, des instruments de recherche archivistiques, etc.

La mise en commun de ces ressources peut parfois surprendre tant les sujets ou les enjeux méthodologiques sont différents, mais cette sédimentation est le reflet de la diversité de l’histoire de l’INHA, et c’est dans les zones de proximités ou de partage que ces programmes de recherche ont entre eux que réside tout l’intérêt d’AGORHA. C’est pour accompagner au mieux cette progression que l’INHA a souhaité une restructuration en profondeur de l’application afin d’apporter un nouveau modèle de données plus en adéquation avec la volonté d’ouvrir et d’exploiter les données de la recherche.

AGORHA en quelques chiffres

Année Nombre de noticesNotices avec imageNotices publiéesPubliées avec imageDocuments associés
2012668 53265 220102 71721 61543 977
2020450 122170 104255 36053 715283 168
Le nombre total de notices de 2012 est artificiellement gonflé par les notices d’images numériques provenant de la bibliothèque numérique de l’INHA, restées dans l’application alors que cette dernière avait déjà quitté le projet.

Évolution du nombre de connexions à AGORHA, 2011-2021.

Équipes

Les bases de données d’AGORHA sont le travail des chercheurs du DER, du service du patrimoine du DBD, d’InVisu et des partenaires. AGORHA n’aurait pas pu voir le jour sans l’engagement de la direction générale de l’INHA et de celle du DER, du service des systèmes d’information, des services financier, juridique et de la communication.

  • Équipe actuelle du service numérique de la recherche (SNR) travaillant sur AGORHA (2020-2021) : Antoine Courtin, chef de service, Michèle Galdemar, Pierre-Yves Laborde et Federico Nurra, chargés de ressources documentaires et numériques, Fanny Brière et Mona Cuchet, monitrices-étudiantes.
  • Anciens membres de la Cellule d’ingénierie documentaire (CID) : Responsables de la CID : Janny Léveillé (2003-2006), Sophie Annoepel-Cabrignac (2006-2011), Coralie Schwander (2012), Julie Leclerc (2013-2015). Responsable de ressources documentaires : Élisabeth Dartiguenave (2000-2011), Anna Hantaï (2000-2013), Chloé Gautier (2011-2018).
  • Anciens moniteurs de la CID et du SNR : Aliénor Ruggieri (2009-2010), Jonathan Caron (2011-2013), Clémentine Durand (2011-2013), Anne-Sophie Michel (2013-2014), Diane Zorzi (2013-2014), Sarah Weider (2014), Ingrid Wlazlo (2014-2015), Virginie Marty (2014-2015), Élodie Coupelle (2015-2016), Léa Duflos (2015-2017), Cyprien Chevillard (2016-2018), Colin Baldet (2017-2018), Camille Petitfrère (2018), Alice Truc (2018-2020), Camille Smadja (2018-2020).

Bibliographie

Communications

  • Pierre-Yves Laborde, « AGORHA et les archives du Festival », In Les peintres à l’opéra : les archives du Festival d’Art Lyrique. La Recherche & la Cité [Journée d’études], Aix-Marseille Université-Ville d’Aix-en-Provence, Musée du Palais de l’Archevêché, Aix-en-Provence, 24 novembre 2015. 
  • Antoinette Le Normand-Romain, Antoine Courtin, « Les bases de recherche en histoire de l’art : perspective d’avenir pour AGORHA dans le web de données », In Les musées de France face aux nouveaux enjeux du numérique [Journée d’études], Ministère de la Culture et de la Communication, Musée Guimet, Paris, 22 septembre 2015.
  • Johanne Lamoureux, Antoine Courtin, « Quelles ressources documentaires pour l’INHA ? Missions institutionnelles et expérimentations numériques ? », In DAH@INHA. Une rencontre autour de la Digital Art History, INHA, Paris, 13 juin 2016. (consultable en ligne).
  • Antoine Courtin, Pierre-Yves Laborde, Éléa Le Gangneux, « La Vie parisienne dans AGORHA : méthodologie, consultation et évolutions techniques », In Autour de La Vie Parisienne (1863-1871) [Journée d’études], INHA, Paris, 29 novembre 2016 (consultable en ligne).
  • Pierre-Yves Laborde, « Présentation de la base dans AGORHA », Antoine Courtin, « Le Dictionnaire à l’heure du web de données, interconnexion et visualisation », In Autour du Dictionnaire des élèves architectes de l’École des Beaux-Arts [Journée d’études], INHA, Paris, 13 avril 2016. (consultable en ligne).
  • Pierre-Yves Laborde, « Présentation de la base AGORHA. Etat des lieux, expérimentations et perspectives », In Rencontre des bibliothèques d’histoire de l’art et d’archéologie. Actualité des associations professionnelles et du réseau [Journée d’études], INHA, Paris, 27 mai 2019. (consultable en ligne).
Citer ce billet : Pierre-Yves Laborde, "Les bases de données de l’INHA, une longue histoire," in Numérique et recherche en histoire de l'art, 18/03/2021, https://numrha.hypotheses.org/2164.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 16/07/2021

    […] du lancement prochain de la nouvelle version d’AGORHA, nous avons publié sur ce carnet un premier billet retraçant l’historique d’AGORHA, l’application rassemblant les bases de données produites par l’Institut national d’histoire […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search