Images numériques: on n’y voit rien!

Cet article de Katie Durand a été repris du site Iconautes sur lequel il a été initialement publié, et mis à jour par l’autrice.

 

La scène est située dans l'antiquité grecque. Dioscourides assis sur une chaise décrit la mandragore dans un ouvrage; un jeune homme dessine la plante,  que lui présente une jeune femme.
Ernest Board, Dioscorides describing the mandrake, 1909, Londres, Wellcome Library. Public Domain

En France, près de 1,7 million de personnes sont atteintes d’un trouble de la vision1. Si les chiffres exacts manquent, les aveugles de naissance seraient minoritaires, avec la majorité des personnes concernées confrontée à une déficience visuelle au cours de leur vie. Pour l’ensemble de ces personnes, avec ou sans base de références visuelles, pénétrer dans les images d’art nécessite une transcription textuelle des contenus de l’image.

À l’ère numérique, un vaste champ de possibilités s’ouvre aux producteurs de contenus culturels pour créer des images d’art « inclusives ». Associer des textes à une image d’art n’a jamais été aussi simple. Dès que les technologies Web ont permis l’intégration des images à des sites Web, des éléments HTML ont été conçus pour permettre aux éditeurs de site Web de proposer des textes de remplacement aux images pour ceux qui ne seraient pas en mesure de les visionner (le fameux attribut alt). Bien plus qu’une possibilité, le fait de proposer un texte de remplacement est depuis l’article 47 de la loi handicap de 20052, et le décret d’application de 2009 qui en résulte3, une obligation en France pour tout établissement public, y compris les musées et les centres de recherche. Le Référentiel général d’accessibilité pour les administrations (RGAA)4, texte normatif qui liste l’ensemble des critères d’accessibilité à respecter, stipule que chaque image porteuse d’information doit avoir une alternative textuelle pertinente et une description détaillée si nécessaire5. Or, selon une étude publiée par le ministère de la Culture en janvier 2016 sur les sites Web des établissements publics culturels, les images sans alternatives textuelles ou avec une alternative non pertinente sont encore prépondérantes dans le secteur6.

En effet, si techniquement l’association image-alternative textuelle est robuste, le fait de structurer le regard par le langage et de décrire une chaîne de significations référentielles à une image relève d’un véritable défi organisationnel. Être en mesure de répondre à cette exigence nécessite une réflexion de fond sur les méthodologies de description et la mise en place de nouveaux processus de production. Des questions sur le format, la production et la visibilité de ces alternatives textuelles doivent être résolues d’urgence pour permettre aux institutions culturelles de répondre à leurs obligations légales et humaines.

A l’international, quelques expérimentations prometteuses commencent à voir le jour. Le projet COYOTE, notamment, initié par le musée d’art contemporain de Chicago, a vu la mise en place d’un outil de description qui se greffe sur la base de collections via une API Web7. En termes de méthodologie, le guide « Comment décrire les images ? » du Diagram Center, récemment traduit en français par l’Association BrailleNet8, aborde des bonnes pratiques qui s’appliquent à la description de tout type d’image. En complément, un travail important a été mené au Cooper–Hewitt Smithsonian Design Museum de la ville de New York pour proposer une méthodologie contextualisée à l’environnement du musée9. Après tout, pénétrer dans les œuvres et décrypter méticuleusement la composition, la technique, les formes et l’histoire de manière méthodique, en passant en revue les moindres détails, ne serait-il pas le champ d’action principal de l’historien d’art ?

  1. https://www.aveuglesdefrance.org/quelques-chiffres-sur-la-deficience-visuelle []
  2. https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000809647&categorieLien=id []
  3. https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000020616980&categorieLien=id []
  4. http://references.modernisation.gouv.fr/rgaa-accessibilite/ []
  5. critères 1.1, 1.2, 1.3, 1.7 et 1.8. []
  6. Baromètre de l’accessibilité numérique des établissements culturels nationaux DEDAC, Ministère de la Culture/Com’Access, janvier 2016 []
  7. http://coyote.mcachicago.org/). Le personnel du musée est mobilisé lors de « sprints » dédiés afin de contribuer aux descriptions aux images de la collection du musée. Ces descriptions alimentent la base d’images et le site Web en parallèle. Développé en open source, cette application de « crowdsourcing » peut être déployée par toute institution souhaitant lancer des actions ou expérimentations de ce type (( https://coyote.pics/ []
  8. https://www.braillenet.org/decrire-images-adaptation-francaise-guide-image-description-guidelines-diagram-center/ []
  9. https://www.cooperhewitt.org/cooper-hewitt-guidelines-for-image-description/ []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search