Lancement de la nouvelle version d’AGORHA

Depuis sa naissance, en 2001, l’Institut national d’histoire de l’art (INHA) compte parmi ses missions la production de ressources pour l’ensemble de la communauté des chercheurs du domaine de l’histoire de l’art, de l’archéologie et du patrimoine, issues des programmes de recherche qu’il développe.

Certains de ces ressources ont pris la forme de bases de données.

Il est donc apparu assez vite nécessaire de maintenir leur intégrité, c’est-à-dire d’avoir un modèle descriptif homogène qui permette la consultation de l’ensemble des bases sans perte d’information, et d’assurer leur diffusion via un même outil ; il s’agissait, en somme, de mettre en œuvre une application unique dans laquelle pouvaient être conçues et publiées des bases de données en histoire de l’art. Ces deux éléments permettent d’en harmoniser le contenu et la présentation, dès l’émergence des projets de recherche jusqu’à leur publication.

Cette ambition a pris forme en 2011, avec la mise en ligne d’une plateforme de bases mutualisées nommée « AGORHA ».

AGORHA compte désormais 45 bases de données en ligne, avec environs 220 000 notices documentaires publiées, dont plus de 55 000 sont illustrées.

Carton d'invitation au lancement d'AGORHA
Carton d’invitation au lancement d’AGORHA.

La nouvelle version d’AGORHA publiée fin 2021, et qui sera présentée au public le mercredi 16 février 2022, est le fruit de trois années de travail et de réflexion, engagées en mai 2018. Alors que les technologies sous-jacentes à la première version se montraient vieillissantes, il était apparu nécessaire de refonder totalement l’ensemble des logiciels mobilisés pour mettre en place cette plateforme.

Le monde du numérique évolue vite, et pour garantir un accès aux informations documentaires adapté à l’air du temps, il a fallu effectuer des choix stratégiques, à la fois d’un point de vue technologique et ergonomique. Une bonne partie de ces choix découlent des expérimentations menées au cours des années précédentes dans le cadre des projets de recherche de l’INHA. Les évolutions et les développements qui avaient fait leurs preuves dans des réalisations numériques ponctuelles ont été retenus par le service numérique de la recherche pour développer cette nouvelle version d’AGORHA.

Capture d'écran de la page d'accueil d'AGORHA
Capture d’écran de la page d’accueil d’AGORHA.

Le développement de la plateforme a été assuré par un prestataire, suite à un marché public, sous la forme d’un dialogue compétitif : la société Sword Group (devenue ensuite Sword France et, récemment, Coexya) a été choisie et le développement a duré environ deux ans.

D’un point de vue documentaire, nous avons conçu un modèle de description des données (ce qu’on appelle un « modèle conceptuel ») robuste et adapté aux exigences des chercheurs et des chercheuses, qui garantit une pérennité de la base et son adaptabilité aux évolutions technologiques, rapides dans ce domaine.

D’un point de vue technique, à l’occasion de la refondation de la plateforme, le choix principal a été de ne plus utiliser ce qu’on appelle un « progiciel métier » (une application informatique propriétaire, utilisé entre 2011 et 2021) mais par contre d’assembler différentes briques fonctionnelles open source et libre.

La gestion des contenus a été mieux repartie, en séparant l’espace de contribution des bases (données structurées), la gestion des thésaurus et des référentiels par le biais d’une application externe dédiée, et l’interface publique éditoriale réalisée sur un site web géré par un CMS (content management system).

Le but de cette séparation des contenus était de revendiquer l’héritage et le principe fondateur d’une plateforme mutualisant des bases très différentes, tout en assumant l’importance d’une individualisation propre à chacune des bases de données. Ceci représentait, en effet, la garantie de la « lisibilité » des productions de chaque programme de recherche, et de leur valorisation auprès des publics.

Tout cela a été possible grâce à la fusion des solides compétences documentaires et informatiques, présentes et renforcées au sein du Service numérique de la recherche, mises à disposition des chercheuses et des chercheurs, et à l’appui indispensable du Service des systèmes d’information.

Affichage des résultats de recherche en mode mosaïque.

Les « données structurées », qu’on pourrait définir « brutes » ou « primaires », gérées au niveau de « base de données » permettent de décrire des œuvres, des personnes et organismes, des références bibliographiques et archivistiques, des collections et des événements. Ces notices sont enrichies collaborativement par les chercheurs qui travaillent aux différents projets.

Les notices documentaires peuvent être illustrées par des médias (images, vidéos, modèles 3D) et une attention particulière a été consacrée à leur visualisation, pour en garantir la consultation, l’accessibilité et l’interopérabilité (donc la réutilisation, en respectant les licences d’exploitation), grâce au récent protocole d’échange de données visuelles numériques nommé « IIIF ».

Affichage des résultats de recherche par frise chronologique.

L’éditorialisation (articles scientifiques, parcours thématiques, visualisations de données…) facilite la navigation pour tous les publics, amateurs ou spécialistes.

Dans ces nouvelles pages d’éditorialisation (page d’accueil, articles, actualités), destinées à présenter d’une façon « narrative » les données « brutes », tout en donnant la possibilité aux chercheurs d’agir sur la mise en page des contenus, il nous importait de garantir un lien réciproque entre le « contenu éditorial » (articles critiques) et la base de données.

Le nouvel outil offre la possibilité d’insérer, dans un article ou une actualité, un bloc de contenu qui appelle les notices documentaires directement depuis la base des données. Il est possible d’afficher ces informations sous la forme d’une carte géographique, d’une frise chronologique, d’un réseau euristique, ou d’une mosaïque d’images : ce qu’on appelle « datavisualisation ».

Le fait de mobiliser telle ou telle notice documentaire dans un article génère automatiquement un lien vers cette ressource éditoriale dans la base de données. Ainsi, lorsque l’internaute consulte les notices documentaires correspondantes, il est immédiatement informé de leur réutilisation dans telle ou telle page éditorialisée.

Ca^pture d'écran de la barre de recherche AGORHA
Le système d’autocomplétion des recherches.

L’amélioration de l’interface de recherche pour les usagers était un des objectifs forts de la refonte d’AGORHA. Des efforts particuliers se sont donc portés sur le moteur de recherche, dans lequel l’auto-complétion a été implémentée. L’application propose une aide à la saisie dans un menu déroulant.

Ce système facilite le repérage des notices, et la navigation des résultats est optimisée par l’utilisation de filtres dynamiques sous forme de « facettes » permettant de mieux cibler les recherches en utilisant des listes de valeurs harmonisées. Sur une plateforme comptant des centaines de milliers de notices, il était très important de permettre la formulation de requêtes complexes via une interface graphique simple sans avoir une liste de résultats pléthorique. Les facettes orientent l’usager vers son résultat, ou d’autres résultats possibles, de façon transparente et ajustable.

En outre, afin de faciliter et d’encourager la réutilisation des données produites dans AGORHA, un effort tout particulier a été mis sur l’exposition des données et les possibilités d’export.

L’exposition des données se veut graduée, de formats classiques (CSV) à des formats plus professionnels (comme le JSON ou le OAI-PMH).

Ainsi, un internaute qui veut exporter l’intégralité des résultats d’une recherche qu’il a formulée peut utiliser la fonctionnalité d’export au format CSV (liste de valeurs séparées par des virgules). Il téléchargera alors sous forme de tableur la totalité des champs de recherche de l’ensemble des résultats de sa requête. Un tel fichier, très complet, peut être lourd à manipuler, donc nous prévoyons une évolution de cet outil pour faciliter la réutilisation des données par les utilisateurs.

Les autres formats d’exposition sont régis par la négociation de contenu : ce mécanisme permet, via une requête http, de proposer une même ressource (identifiée par son URI) sous des formats différents (différenciés par leur extension). Ainsi les ressources peuvent être exportées en JSON, en respectant le modèle descriptif de la base, mais également sous un modèle RDF, avec plusieurs sérialisations disponibles (RDF-XML notamment, mais surtout en JSON-LD), en conformité avec les récents standards du « web des données ».

Nous avons donc procédé à différents jeux de concordance de champs afin que nos données soient compatibles avec plusieurs ontologies, reconnues et utilisées dans le domaine : Dublin Core, rdfs, CIDOC-CRM, schema.org, etc.

L’ensemble des contenus et des métadonnées disponibles sur le site (à l’exception des illustrations, pour lesquelles on affiche les droits, les licences et les sources au cas par cas) est placé sous licence Creative Commons 4.0 ; ce qui signifie que l’utilisateur est autorisé à reproduire et à rediffuser ces contenus et métadonnées, sous réserve de la mention exacte de la source, sans limitation de durée et à des fins de recherche ou même commerciales.

Ce choix inscrit l’établissement dans une démarche d’ouverture des données de la recherche en dénotant un engagement constant et profond de l’INHA dans le mouvement de la science ouverte.

Il s’agit donc d’un renouvèlement numérique et ergonomique profond qui nous espérons facilitera l’accès aux connaissances et aux données et, en même temps, d’une plateforme dynamique qui a l’ambition d’évoluer en continu, poussée par les exigences des utilisateurs (chercheurs, amateurs ou curieux) et par les avancées technologiques des humanités numériques.

Citer ce billet : Federico Nurra, "Lancement de la nouvelle version d’AGORHA," in Numérique et recherche en histoire de l'art, 07/02/2022, https://numrha.hypotheses.org/2898.

Federico Nurra

Chef du Service numérique de la recherche au Département des études et de la recherche de l'Institut national d'histoire de l'art.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search