Les Lundis Numériques en 2019-2020 : abrégés et ressources

Depuis 2013, l’INHA propose un cycle de conférences destinées à présenter, un lundi par mois, différents projets, équipes et travaux menés dans le champs des humanités numériques sur des problématiques propres aux enjeux, représentations, aspects techniques ou questions juridiques de l’histoire de l’art et des images.

Depuis janvier 2017, les Lundis numériques sont captés et disponibles sur Youtube.

Nous vous proposons de retrouver ici les abrégés et ressources accessibles en ligne des conférences présentées lors de la dernière saison en 2019-2020.

POP : la plate-forme ouverte du patrimoine du Ministère de la Culture

par Sandrine della Bartolomea, (Chargée de mission de l’Inventaire général du patrimoine culturel, Ministère de la Culture),
le 16 septembre 2019

[Cette séance n’a pas été captée à la demande de l’intervenante.]

La Plateforme Ouverte du Patrimoine (POP) est le résultat d’un important projet de refonte du système documentaire du Ministère de la Culture, conduit sous la forme d’une Startup d’Etat.
Mise en place pour prévenir la menace d’obsolescence et l’accès limité des fonds en ligne depuis les années 1990, renseignant sur divers sujets tels que la peinture, les manuscrits, les monuments, l’architecture ou la photographie, cette plateforme présente un unique réservoir de données alimenté par les bases historiques : Joconde, Palissy, Mérimée, Mémoire, MNR Rose-Valland, Enluminures ou Muséofile.

Se voulant accessible au plus grand nombre, en plaçant l’utilisateur au centre du dispositif, POP entend diffuser et valoriser largement ses données avec le choix d’un nom évocateur de démocratisation, tout en privilégiant une simplification de ses modes de recherche en open source. En outre :
– L’utilisation du moteur Elasticsearch facilite l’ingestion, la visualisation et le rapport de données, permettant un accès mutualisé et base par base ;
– Les modes de recherche, pensés en écosystèmes, renvoient aux bases elles-mêmes et font des liens vers l’extérieur ;
– La création de thématiques donne à découvrir les contenus selon différents sujets (Photographie, Peinture et dessin, Voyages, …). Des rubriques sont ainsi consacrées au photographe Willy Ronis ou aux dessins d’Eugène Delacroix ;
– Une grande partie des contenus est accessible en open data sur data.culture.gouv.

Après une ouverture du service POP le 15 septembre 2018, présenté comme étant « en constante évolution », sa réintégration définitive a eu lieu en octobre 2019. (Voir sur : culture.gouv.fr)

Watch & Wander : Interactive Visualizations of Cultural Heritage Data

par Marian Dörk, (université des sciences appliquées, Potsdam)
le 7 octobre 2019

Une communauté croissante de concepteurs, d’artistes et d’ingénieurs crée des interfaces visuelles pour accéder aux données du patrimoine culturel. Alors que le domaine de la visualisation de l’information a été établi dans l’optique d’appuyer l’analyse des données en sciences et en ingénierie, les expériences dans les arts et les sciences humaines provoquent des modes alternatifs d’engagement avec les données. Dans son exposé, Martin Dörk, a proposé un panorama de « l’univers en expansion de la visualisation des collections culturelles » et a soulevé un ensemble de questions sur les potentiels critique et créatif de la visualisation dans le secteur culturel. En s’inspirant des recherches en design mené dans son université, l’UCLAB, il a discuté de la façon dont les visualisations peuvent permettre aux spectateurs de passer de la contemplation d’artefacts isolés à l’exploration de collections.

Au cours de son exposé Martin Dörk a évoqué les projets produits par l’université de Potsdam :

Ainsi que d’autres projets innovants menés dans de nombreuses institutions :

Il a également évoqué les travaux suivants :

  • Card, Stuart K., Mackinlay, Jock D., Shneiderman, B. (dir.), Readings in Information Visualization: Using Vision to Think, Morgan Kaufmann, 1999, 686 pages.
  • Dörk, Martin, Carpendale, Sheelagh, Willamson, Carey, « The information flaneur: a fresh look at information seeking », CHI ’11: Proceedings of the SIGCHI Conference on Human Factors in Computing Systems, 2011, pp. 1215–1224 . [En ligne]
  • Drucker, Johanna, « Performative Materiality and Theoretical Approaches to Interface », Digital Humanities Quarterly, 2013, 7(1). [En ligne]
  • Heer, Jeffrey, Bostock, Michael et Ogievetsky, Vadim, « A Tour through the Visualization Zoo », ACMQueue, 2010, 8(5). [En ligne]
  • Whitelaw, M., « Generous interfaces for digital collections », Digital Humanities Quarterly, 2015, 9(1), [En ligne]

Un « Système d’Information Documentaire Spatialisée » pour la valorisation scientifique de la Tapisserie de Bayeux

par Clémentine Berthelot (chargée du pôle document et numérique, musée de la Tapisserie de Bayeux, Ville de Bayeux), Julia Roger (pôle Document numérique, MRSH université de Caen Normandie) et Arnaud Daret (ingénieur en informatique, CERTIC, université de Caen Normandie)
le 18 novembre 2019

L’État et la Ville de Bayeux se sont associés à l’université de Caen Normandie et au CNRS pour concevoir et développer un outil d’étude et de valorisation de la Tapisserie de Bayeux, broderie médiévale du XIe siècle. Cet outil, un « Système d’information documentaire spatialisée » (SIDS), s’inspire des techniques utilisées dans les « SIG » et propose d’associer un système documentaire rassemblant les ressources scientifiques sur l’œuvre (état matériel, iconographie…) et un système d’information spatialisée. Il offre ainsi des solutions d’accès aux données sur la reproduction haute définition de cette œuvre monumentale (près de 70 m de long) à la communauté scientifique (indexation et extraction des analyses), puis au grand public (outils de médiation spécifiques).

Pour en savoir plus : Antoine Verney, Clémentine Berthelot, Arnaud Daret, Jérôme Chauveau, Pierre-Yves Buard, Julia Roger et Cécile Binet, « Redocumentariser la Tapisserie de Bayeux : base de données documentaire et système d’informations spatialisées », Tabularia, 19 décembre 2018, [En ligne].  

De l’opendata à museomix : des pratiques ouvertes qui transforment le musée

par Elisabeth Renault (directrice du musée d’art et d’histoire Ville de Saint-Brieuc),
le 9 décembre 2019

Menée depuis 2015, la politique d’ouverture des données du musée d’art et d’histoire Ville de Saint-Brieuc offre de nombreuses clés utiles à la diffusion du patrimoine culturel par les outils du numérique. Ce parcours souligne l’importance de la dimension coopérative des projets utilisant ces outils, qui doivent tous leur succès à la rencontre et à l’hybridation d’une communauté culturelle locale avec des communautés numériques et/ou créatives :

Présentation de la publication numérique et imprimée du catalogue des sculptures de la villa romaine de Chiragan (Martres-Tolosane)

par Christelle Molinié (musée Saint-Raymond, musée d’Archéologie de Toulouse) et Julie Blanc (Paged.js – EUR ArTeC / Université Paris 8 – EA349 / EnsadLab),
le 13 janvier 2020

La double publication du catalogue des sculptures de la villa romaine de Chiragan par le musée Saint-Raymond est récemment venue honorer de nouvelles méthodologies de travail accessibles dans le domaine de l’édition, issues notamment des recherches de Julie Blanc et d’Antoine Fauchié. Le développement de la publication numérique de la collection Chiragan a en effet été pensée de manière à profiter de nombreux avantages scientifiques et techniques :

  • Sur le plan scientifique, le catalogue en ligne offre la possibilité d’actualiser le corpus en fonction des avancées de la recherche, d’élargir son horizon de diffusion, de proposer des notices d’une plus grande richesse à partir de données alignées à Wikidata, de synthèses complexes, de ressources documentaires complètes et d’illustrations interactives.
  • Sur le plan technique, le principe de séparation du fond et de la forme qui régit le web soutient une chaîne d’édition ingénieuse – disponible sur le Gitlab du projet, autorisant la mise en oeuvre d’un effort de single source publishing. Avec l’aide d’outils tels que paged.js, forestry.io ou encore jekyll, la construction d’un système de publication interopérable, modulable et multiforme a ainsi permis d’accompagner la version numérique du catalogue de Chiragan d’un guide imprimé, développé à partir d’une seule et même chaîne éditoriale.

À voir, pour aller plus loin :

Programme des registres de la Comédie Française (1680-1793)

par Christian Biet (université Paris Nanterre) et Sara Harvey (université de Victoria, Canada),
le 10 février 2020

Depuis 1680, date d’inauguration de la Comédie Française, des registres renseignent sur les recettes, les dépenses et les feux des représentations journalières, aujourd’hui conservés dans la Bibliothèque-Musée de l’institution. Ces archives, héritage de l’Etat policier de l’Ancien Régime, présentent un corpus pluridisciplinaire, tant quantitatif que qualitatif. En rapportant à la fois ce qui est joué, l’affluence des spectateurs et leur répartition en salle, ou les gratifications et la distribution accordées aux comédiens, elles sont aussi le reflet d’une réalité politique et sociale, sinon économique.
Instauré depuis plus de dix ans, oeuvrant à la fois en France, aux Etats-Unis et au Canada, le Programme des registres de la Comédie Française propose de conjuguer ces données au numérique, pour une période s’étalant du 17e au 18e siècle. Conduit en plusieurs phases, en s’attachant d’abord aux recettes, ce projet comprend des données variées, mouvantes, « vivantes », qui posent la question complexe d’interprétations dépassant parfois le cadre chiffré et de comment le numérique peut y répondre.

Avec le choix de la création de bases de données relationnelles, d’une base complémentaire pour les périodiques critiques ou encore d’un outil de visualisation, le programme présente ses premiers résultats et rend compte d’un héritage culturel utile à la recherche tant qu’aux amateurs ou aux comédiens. En se référant à ces productions, plusieurs chercheurs ont publié sur la Comédie Française, et divers colloques et séminaires expérimentaux ont été organisés. Elles ont notamment permis la redécouverte de pièces parfois oubliées ou de comédiens invisibilisés par l’histoire et pourtant sur-représentés dans les registres.
Ce développement, toujours en cours, démontre ainsi des potentialités d’actualisation scientifique, en prônant un travail efficient entre le monde des humanités et du numérique.

Du Portail Persée aux Perséïdes en passant par data Persée : des services innovants au profit de la valorisation numérique du patrimoine documentaire

par Hélène Bégnis (Persée),
le 9 mars 2020

Le Portail Persée, qui propose un accès libre et gratuit à des collections complètes de publications scientifiques, conduit, depuis son fondement, une politique éditoriale et documentaire sélective, assurant une adéquation avec l’actualité scientifique. Son système structuré permet une convergence entre les documents matériels et leur édition électronique, avec une chaîne opératoire précise (numérisation, documentation des revues, sémantisation, diffusion ouverte, préservation, référencement). Différentes possibilités permettent finalement d’exploiter les fonds grâce à des outils habituellement attribués aux documents nativement numériques.

Depuis 2015, Persée engage une réflexion sur la mise en place de services complémentaires utiles pour la recherche qui s’est déployée en plusieurs axes :

  • L’unité s’est d’abord ouverte aux sciences de la vie et de la terre en ne se concentrant plus seulement sur les sciences humaines et sociales ;
  • La création du label Les Perséïdes, permet, grâce à un travail collaboratif avec différentes équipes de recherche, l’identification de corpus mis à disposition en deux dimensions. Le projet ATHAR ainsi conduit avec le laboratoire InVisu présente rapports, littérature scientifique et archives photographiques sur les monuments de l’art arabe de villes du bassin méditerranéen ;
  • Enfin, la mise à disposition de l’outil triplestore Data Persée réunit les données de l’ensemble des ressources produites par Persée selon les principes du web sémantique, permettant de nouvelles requêtes et un format ouvert de contenus.

Reprogrammation des séances du printemps 2020 en 2020-2021

Du fait du confinement, les trois dernières séances du cycle lundis numériques ont été annulées et reprogrammées pour l’année 2020-2021, dont le programme est en ligne. Nous aurons le plaisir de recevoir :

  • Koenraad Brosens (KU Leuven, Louvain, Belgique) pour une intervention intitulée Le projet Cornelia et la digital art history en douceur :«Project Cornelia & Slow Digital Art History» le 9 novembre 2020. Voir dans l’agenda
  • Stéphane Chantalat et Kristel Fauconnet (Paris Musées) pour une intervention intitulée Stratégie OpenContent de Paris Musées le 11 janvier 2021. Voir dans l’agenda
  • Valérie Gouet-Brunet (LaSTIG) pour une intervention intitulée Exploitation et interconnexion du patrimoine iconographique digitalisé (ANR ALEGORIA) le 8 mars 2021. Voir dans l’agenda 

Du fait de la situation sanitaire, le public accueilli en salle Vasari est limité à 30 personnes (réservation conseillée). Les séances sont retransmises en direct sur la chaîne YouTube de l’INHA.

Billet rédigé à plusieurs mains : Johanna Daniel, Camille Smadja, Alice Truc.

Citer ce billet : Service numérique de la recherche, "Les Lundis Numériques en 2019-2020 : abrégés et ressources," in Numérique et recherche en histoire de l'art, 19/10/2020, https://numrha.hypotheses.org/300.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search