Visite guidée de l’exposition Réseaux-Mondes

L’équipe du SNR, augmentée de Manuel Charpy (directeur d’InVisu) et Charlotte Duvette (cheffe de projet Histoire du quartier Richelieu), écoutant attentivement la présentation d’Olivier Zeitoun. (photo : Fanny Brière).

L’équipe du Service numérique de la recherche (SNR) a suivi le 6 avril dernier une visite de l’exposition Réseaux-Mondes à la galerie 4 du Centre Pompidou, présentée par son co-commissaire, Olivier Zeitoun, attaché de conservation au service design et prospective industrielle.
L’exposition, dont Marie-Ange Brayer, conservatrice, cheffe du service design et prospective industrielle du Centre Pompidou, est la co-commissaire, retrace l’évolution de la notion de réseau : « du réseau organique aux réseaux mécaniques, des réseaux immatériels de la société de l’information, jusqu’aux réseaux artificiels et l’emprise d’Internet ».

Drift : Flylight (détail), 2011-2021, installation, verre, raccords sur mesure, LEDs, senseurs électroniques. (photo : Fanny Brière).

Une formidable timeline introductive permet de suivre cette notion de réseau, du XIIe siècle à aujourd’hui, tant d’un point de vue technique qu’artistique.
L’exposition, qui réunit une centaine d’œuvres d’une soixantaine d’artistes, architectes et designers, s’articule en quatre sections : Réseau global, Critique des réseaux, Nœuds et réticulations, Le réseau du vivant.

Gjertrud Hals : Vena Cuprum (détail), 2018, fil de cuivre, fil de fer, papier mâché. (Photo : Pierre-Yves Laborde).

Cette visite était l’occasion pour l’équipe du SNR d’élargir ses horizons numériques en les confrontant à des approches artistiques stimulantes. Les membres du projet Histoire du quartier Richelieu ont été particulièrement attentifs à l’expansion du Physarum sur le plan de Paris, dans l’œuvre d’Ecologic studio. En matière de datavisualisation, cela nous a permis de confronter nos propres productions à celles réalisées par des artistes du Net art. Pas de quoi rougir !

Visualisation des parcours pour les terres-cuites, Sur la piste des ventes d’antiques (https://ventesdantiques.inha.fr), INHA / Musée du Louvre, réalisation Wedodata.

Pour en savoir plus, vous pouvez lire l’article publié dans le magazine du Centre Pompidou : « Avec « Réseaux-mondes », le futur c’est maintenant » ou acheter le catalogue de l’exposition, aux éditions du Centre Pompidou, en coédition avec les Editions Hyx.

Cinquième et dernier volet de la plateforme Mutations-Créations, réalisée par le Musée en collaboration avec l’Ircam, la manifestation se définit comme un observatoire critique et un outil d’analyse des impacts de la création sur la société. Réseaux-Mondes (2022) fait suite à Imprimer le monde (2017), Coder le monde (2018), La fabrique du vivant (2019) et Neurones. Intelligences simulées (2020).

En lien avec Mutations-Créations, l’Ircam organise le Forum Vertigo, un cycle annuel de rencontres entre scientifiques et artistes, ingénieurs et intellectuels, dont la dernière édition Connecter les mondes a eu lieu le 9 mars dernier. Les captations sont disponibles sur la chaîne Youtube de l’Ircam. Ne manquez pas notamment la Keynote de Pierre Musso, chercheur à Télécom Paris, intitulée « Critique de la raison et de la ruse du réseau », une passionnante approche épistémologique de la notion de réseau faisant ressortir l’ambivalence de son imaginaire, faisant alterner communication et surveillance.

Citer ce billet : Pierre-Yves Laborde, "Visite guidée de l’exposition Réseaux-Mondes," in Numérique et recherche en histoire de l'art, 07/04/2022, https://numrha.hypotheses.org/4111.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search