L’édition Karbowsky : une évocation historique et numérique d’un lieu de collections disparu

Début 2020, l’INHA s’engage dans une démarche de recherche et développement autour d’un projet de plateforme d’éditions numériques de sources enrichies (PENSE). L’objectif est de maîtriser l’ensemble des enjeux méthodologiques et technologiques de la chaîne éditoriale numérique, de l’enrichissement de corpus de documents historiques (description, transcription, balisage sémantique, annotation) jusqu’à leur valorisation et diffusion en ligne. Un projet pilote permettant d’établir un premier ensemble de preuves de concepts a été initié à partir du corpus des Papiers du sculpteur Antoine-Louis Barye, une archive rassemblant presque uniquement des documents textuels. Au sortir de cette première expérience instructive et concluante, est lancé un nouveau projet basé sur des sources de nature et de caractéristiques différentes, afin de pouvoir élargir le champ des expérimentations.

Les dessins d’Adrien Karbowsky pour l’hôtel de Jacques Doucet

Au sein des collections de la bibliothèque de l’INHA, une collection semble alors idéale pour poursuivre le développement de la plateforme PENSE et tester sa capacité à traiter des corpus d’images. Relativement restreint, déjà numérisé et en ligne sur la bibliothèque numérique de l’INHA, cet ensemble de 31 aquarelles présente également l’intérêt de faire directement écho à une base de données mise en ligne en 2018 dans le cadre du programme de recherche actuellement en cours Catalogue des œuvres d’art collectionnées par Jacques Doucet. Cette base, publiée sur AGORHA et intitulée « Catalogue des oeuvres de la collection de Jacques Doucet », rassemble les notices des plus de 1300 objets ayant fait partie de la collection personnelle du grand couturier.

Adrien Karbowsky, Le salon des pastels : élévation est, 1906, INHA – OA719_09
Salon des pastels : photo sud-ouest, INHA – 97-01_17
Collection Jacques Doucet. Deuxième partie : catalogue des sculptures & tableaux du XVIIIe siècle / notices par Paul Vitry (sculptures), Marcel Nicolle (tableaux). - Gallica

Mécène de la bibliothèque d’art et d’archéologie, offerte en 1918 à l’Université de Paris et dont la bibliothèque de l’INHA est l’héritière, Jacques Doucet est une figure fondatrice pour l’INHA. Les aquarelles exécutées avec finesse en 1906 par le décorateur Adrien Karbowsky (1855-1945) représentent les principales pièces de l’hôtel particulier du collectionneur, 19 rue Spontini à Paris, avec une précision telle que chacune des œuvres – tableaux, dessins, sculptures, objets d’art et mobilier du XVIIIe siècle – est identifiable. Le décor de la rue Spontini est également connu grâce à un ensemble de photographies datées de 1912, lui aussi conservé à la bibliothèque de l’INHA. Dessins et photographies permettent ainsi d’évoquer le décor et l’aménagement de l’hôtel particulier de Doucet, écrin d’une collection exceptionnelle installée en 1906 et dispersée sous le feu des enchères dès 1912.

Jacques Doucet, vers 1913 © Ministère de la Culture (France),Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, diffusion RMN-GP

 

Louis Parent, Façade de l’hôtel particulier du 19 rue Spontini, Paris, 1907, reproduit dans L’Architecture, n° 37, planche 67.

 

Plan du premier étage de l’hôtel du 19 rue Spontini, reproduit dans L’Architecture, septembre 1907, n° 37, p. 305

Quand le travail commence avec ce corpus prototype, notre premier objectif est donc d’utiliser la base AGORHA existante puis de la mettre en relation avec les dessins d’Adrien Karbowsky, tout en testant l’annotation numérique des dessins pour repérer l’ensemble des fragments de dessins correspondant à des œuvres référencées. Chaque objet de la collection de Doucet, représenté sur les aquarelles, est ainsi être identifié et mis en lien avec la notice AGORHA correspondante. Un travail grandement facilité par l’existence du catalogue de la vente de 1912, dans lequel presque toutes les oeuvres sont reproduites, alors que la base AGORHA ne comporte que très peu d’illustrations. Le projet a alors une double ambition : raccorder PENSE et AGORHA et travailler sur les images.

Catalogue des œuvres des collections de Jacques Doucet https://agorha.inha.fr/ark:/54721/43
Résultats de recherche - Tous les résultats - Catalogue des œuvres des collections de Jacques Doucet

 

L’enrichissement numérique d’une source dessinée

A partir des données produites pour l’inventaire du corpus, un premier niveau d’enrichissement consiste à organiser les planches en fonction des différents espaces qui composaient l’hôtel particulier de Jacques Doucet. En croisant les légendes des planches du décorateur Adrien Karbowsky avec les reproductions du plan établi par l’architecte Louis Parent (1854-1909) et publiées dans le numéro 37 de la revue L’Architecture, on peut rassembler les dessins par décors et reconstituer l’organisation des huit pièces qui accueillaient les collections de Jacques Doucet : le vestibule, l’escalier, le grand vestibule, la salle à manger, le petit vestibule, le salon des pastels, le petit boudoir, le grand salon. L’ensemble de ces informations permettent de qualifier pour chaque planche : le nom du décor qu’elle représente, l’orientation de la vue (est, ouest, nord, sud), le type de représentation (élévation, esquisse) et l’échelle du dessin. Ces données viennent augmenter et préciser le jeu initial de métadonnées du corpus.

Capture du prototype de l'édition Karbowsky

 

Un deuxième aspect majeur d’enrichissement repose sur le repérage de toutes les représentations, au sein des dessins, des œuvres répertoriées, ou à répertorier, dans la base de données des collections de Jacques Doucet. Grâce à l’outil de segmentation de la suite Transkribus, nous traçons les contours de chacune des oeuvres de la collection représentées par Karbowsky et générons les coordonnées de leurs positionnements au sein de chaque feuille. Nous enregistrons également leurs contextes de regroupement en repérant les surfaces des cimaises ou des ensembles mobiliers dans lesquels elles sont placées. 228 œuvres sont ainsi identifiées et localisées dans l’espace dessiné du corpus. Des œuvres dont le dessin est relié via un identifiant unique universel (UUID) à la fiche correspondante dans la base de données AGORHA. Ce mode d’enrichissement produit un jeu de données qui décrit l’organisation spatiale de la présentation des constituant des collections, et ouvre des pistes de recherches sur les ensembles, séquences et vis-à-vis d’œuvres que le collectionneur et son décorateur ont souhaité organiser.

Capture d'écran de l'interface de segmentation
Capture d'écran du prototype de l'édition Karbowsky

Le traitement d’un ensemble de photographies contemporaines, des prises de vues des pièces de l’hôtel particulier de Jacques Doucet exécutées juste avant la dispersion de la collection, constitue un autre aspect de l’enrichissement numérique du corpus. Ces 27 photographies présentent différents angles de vues sur les 3 espaces les plus riches en œuvres et objets d’art : le grand vestibule, le salon des pastels et le grand salon. Documents annexes du corpus, elles sont déterminantes pour apprécier la réalité de l’installation décrite par les planches Karbowsky et jouent un rôle de témoignages photographiques dans la démarche d’analyse et d’appréhension de la composition des collections. Elles sont enrichies de métadonnées indiquant le décor qu’elles montrent et l’orientation spatiale du point de vue, de façon à pouvoir les associer automatiquement pour comparaison aux planches dessinées. Il n’est cependant pas décidé à cette étape de repérer sur les photographies la présence et le positionnement des œuvres visibles, ce qui pourrait être fait dans une deuxième phase ou dans le cadre d’un autre projet. Elles sont par ailleurs plus facilement identifiables sur les photographies que sur les dessins de Karbowsky.

Salon des pastels : photo nord-ouest, INHA – 97-01_20

La mise en données des 3 volumes du catalogue de la vente de 1912 des collections étudiées représente un autre aspect important de l’enrichissement global du corpus. Numérisés et mis à disposition dans Gallica, ces 3 volumes offrent une troisième source décrivant les œuvres des collections Doucet. D’une qualité éditoriale et scientifique alors exceptionnelle, le catalogue de la vente comporte des notices numérotées, illustrées de photographies des objets isolés de leur contexte et comportant un commentaire descriptif. Là encore, nous traçons pour chaque œuvre les repères de positionnement dans la page de façon à pouvoir associer, via l’identifiant unique universel, les différentes parties du catalogue aux fiches correspondantes dans la base de données. L’articulation de cette source avec le corpus principal apporte un éclairage historique structuré et d’une certaine manière final puisqu’il s’agit d’un inventaire presque exhaustif établi juste avant le moment de la dislocation des collections et de la dispersion des œuvres.

Capture de l'interface Transkribus

 

Collection Jacques Doucet : deuxième partie : catalogue des sculptures & tableaux du XVIIIe siècle

 

Collection Jacques Doucet : deuxième partie : catalogue des sculptures & tableaux du XVIIIe siècle

Une mise en scène numérique de la recherche

Pour assurer la bonne récolte et analyse de l’ensemble des données concernant les œuvres produites par recherche, il nous faut développer une interface sur-mesure qui permette de naviguer aisément dans l’information pour en vérifier la pertinence et déterminer les éventuelles lignes de force qui parcourent les collections. Nous créons ainsi un moteur de recherche dédié, combinant les parties des dessins représentant les œuvres, les extraits du catalogue de vente et les informations de la base de données qui constituent les critères de recherche croisée : auteurs, titres, dates de création, lieu de création, types d’œuvre, dimensions, techniques, matériaux, localisation, propriétaires, reproductions récentes. Ce type d’outil se révèle déterminant pour projeter et faire évoluer de façon souple et ergonomique le reflet du système d’évaluation que la ou le scientifique élabore au fur et à mesure de l’étude de son objet de recherche.

Edition Karbowsky : interface de recherche dans les collections Jacques Doucet
La Tour, Maurice Quentin de 1704 - 1788, de, Duval de l'Epinoy, dessin (1745)

A l’échelle des décors, nous cherchons aussi à produire une interface permettant de visualiser les relations entre les planches dessinées, les photographies, les œuvres représentées et les données saisies. Pour cela, on élabore une visionneuse interactive organisant pour chaque décor l’ensemble des ces informations, accompagnée d’une interface de navigation établie à partir d’une reproduction des plans du rez-de-chaussée et du premier étage de l’hôtel particulier. Cet environnement numérique aide à appréhender un certain niveau de description de l’espace dans son ensemble tant du point de vue de l’organisation des pièces les unes par rapport aux autres, que de l’agencement de chaque lieu et le positionnement de chaque œuvre. Cela permet également d’esquisser une idée d’un parcours du visiteur à l’intérieur de l’agencement du collectionneur. Comme pour le moteur de recherche, cette interface évolutive, progressant au fur et à mesure de l’avancement de la recherche, concourt grandement à accompagner la réflexion historique et l’échange entre les interlocuteurs du projet.

Edition Karbowsky - Le Grand salon

 

Dans le même ordre d’idée, une exploration de la projection en 3 dimensions est tentée en réalisant des esquisses de mises en 3D des pièces possédant des planches pour chacun des quatre pans de murs et en élaborant, en collaboration avec Paola Derudas, doctorante en archéologie digitale (Université de Lund) et stagiaire Erasmus+ à l’INHA en 2021, une première maquette 3D immersive du grand salon. Ces expériences sont révélatrices car l’observation minutieuse des sources dessinées et des plans d’architecture, que nécessite la mise en 3D, mettra à jour des effets de raccourcis de perspective utilisés par le dessinateur passés jusque là inaperçus. Cela renforce l’image mentale des espaces étudiés et ouvre une piste de réflexion sur les évolutions historiques des conceptions de l’espace et de la perspective qui font surface lorsque l’on essaie de coordonner avec l’approche des logiciels 3D actuels des élévations décoratives et des plans architecturaux du début du 20e siècle. Cette expérience très stimulante devrait être poursuivie et nous espérons pouvoir produire bientôt l’ensemble salle à manger-grand vestibule-salon des pastels-grand salon dans un unique environnement de 3D immersive.

Enfin, nous souhaitons également expérimenter le potentiel de médiation des dispositifs de diaporama offerts par l’ensemble de spécifications techniques IIIF (International Image Interoperability Framework). Cette technologie que nous avons mis en œuvre dans la partie des visionneuses de décor, permet aussi de proposer des parcours narratifs dont chaque étape est composée de la vue d’une source numérisée ou d’un effet de zoom sur un fragment d’une source, accompagnée d’un commentaire placé en annotation. Cela représente dans le cadre de l’édition l’occasion d’élaborer une présentation synthétique de l’ensemble du sujet en développant un discours qui circule de source en source et mette en valeur par ces allées et venues dans les différentes parties du corpus, le fil conducteur du travail de recherche et de reconstitution de l’objet. Ce mode de communication qui reste à affiner nous paraît très prometteur car susceptible de produire des présentations scientifiques s’appuyant sur des visualisation de sources historiques et accessibles à un large public.

 

Un projet numérique autour duquel s’articulent des productions scientifiques variées

Dès l’origine du projet est soulevé la question d’une publication : logiquement elle doit être en ligne, afin de pouvoir être facilement mise en relation avec l’édition numérique de sources enrichies. Après réflexion, OpenEdition apparaît la plate forme la plus adaptée : l’INHA a déjà un site OpenEdition et nous pouvons facilement créer une nouvelle série de textes liés à des éditions numériques de sources enrichies. Un texte de 50.000 signes analyse ainsi le travail de décorateur d’Adrien Karbowsky, l’aménagement de l’hôtel particulier et l’accrochage de la collection de Doucet: Adrien Karbowsky, décorateur de l’hôtel particulier de Jacques Doucet. Ce texte fait pleinement partie de l’édition numérique de sources enrichies et permet de tirer pleinement profit de la consultation des sources numérisées et annotées tout en explicitant la pertinence des données retenues pour cette édition numérique : notices d’œuvres, interrogation possible par artistes, techniques, dates, propriétaires, lieux de création et de conservation mais aussi visite virtuelle. Les questions soulevées dans l’article rejoignent en effet les éléments retenus pour l’édition numérique : quels types d’objets Doucet privilégie et pourquoi ? Comment l’aménagement de l’hôtel est-il pensé par rapport à la collection ? Comment l’accrochage est-il composé et que signifie-t-il ? Quelle importance cette collection a-t-elle pour les contemporains de Doucet ? Le lien entre l’article et l’éditions numérique s’incarne par ailleurs aussi très concrètement par l’intégration dans l’article de liens vers les données de l’édition numériques et inversement par un renvoi depuis l’édition numérique vers l’article.

L’article met en lumière les différents fils qu’on peut tirer de ce projet de recherche. Un des axes est la manière dont différents collectionneurs, acquéreurs à la vente de 1912 des œuvres de Doucet, ont intégré ces œuvres à leurs propres collections. Une exposition autour des dessins d’Adrien Karbowsky est envisagée pour le début de l’année 2023 : elle permettra d’évoquer la fortune critique de la collection de Doucet en lien avec un collectionneur parisien qui acquit des œuvres à la vente de 1912. L’intégration de QR codes à la signalétique de l’exposition pourrait permettre des renvois vers l’édition numérique des dessins de Karbowsky. L’exposition s’accompagnera d’une publication papier qui complétera l’article publié sur OpenEdition et l’édition numérique en mettant en évidence les liens entre les deux collectionneurs.

Au-delà de la mise en relation de la base du « catalogue des collections de Jacques Doucet » avec PENSE, le projet suscite une actualisation et un enrichissement de cette base. Grâce à un travail important de recherche de provenance, mené afin de montrer le devenir de la collection Doucet, les notices sont complétées avec la mention des différents propriétaires des œuvres, avant et après Doucet, mais aussi avec l’indication de leur lieu de conservation actuel. Parallèlement, une collecte iconographique permet d’illustrer ces notices avec des photographies récentes des œuvres. Cet apport d’images, nécessaire dans le cadre de l’édition numérique afin de mettre en relation les représentations des œuvres par Karbowsky avec des photographies récentes de ces mêmes œuvres, est élargi dans un second temps à l’ensemble des notices. Les données de la base bénéficient donc d’une approche renouvelée sur la collection de Doucet, suscitée par le projet d’édition numérique.

Conclusion

Une année après le début du projet, un site web dédié, karbowsky.inha.fr, rassemble les nombreuses ramifications au projet apparues à mesure de son avancée, en assure la cohérence et permet les liens entre chacun de ces développements  :  base de données, diaporama en IIIF, visite virtuelle en 3D complètent la présentation des sources annotées tout en s’appuyant sur celle-ci. Au-delà, la mise en œuvre de ce projet permet de manière vertueuse de reprendre et de poursuivre l’enrichissement de l’ensemble de la base « Catalogue des œuvres des collections de Jacques Doucet ». Les recherches menées autour de Karbowsky ont fait naître également un projet d’exposition avec une publication imprimée qui devrait permettre de présenter ce travail au grand public. Toutes ces ramifications illustrent la richesse des possibilités de développement offertes par PENSE mais aussi les vertus d’une méthodologie itérative, grâce à laquelle, chercheurs, ingénieurs et chargés d’études documentaires font évoluer de manière collaborative une idée de départ.

– Jean-Christophe Carius et Juliette Trey

L’équipe projet

Juliette Trey, directrice adjointe du département des études et de la recherche, responsable scientifique du projet
Jean-Christophe Carius, ingénieur de recherche au service numérique de la recherche, développement agile et design thinking
Pierre-Yves Laborde, adjoint au chef du service numérique de la recherche, chargé de ressources documentaires et numériques
Clara Bonczak, chargée de recherches iconographiques et de provenance au département des études et de la recherche
Christophe Zhang, moniteur-étudiant au département des études et de la recherche.

Cette édition numérique bénéficie du soutien de Féau Boiseries et de Jacques Grange.



Citer ce billet
Jean-Christophe Carius (2022, 1 juillet). L’édition Karbowsky : une évocation historique et numérique d’un lieu de collections disparu. Numérique et recherche en histoire de l'art. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sgvi

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search