Retour sur la datavisualisation « Sur la pistes des ventes d’antiques »

Depuis janvier 2018, le programme « Répertoire des ventes aux enchères d’antiques en France au XIXe siècle » est doté d’une datavisualisation intitulée Sur la piste des ventes d’antique. A l’occasion d’une importante mise à jour de cette dernière en mai 2020, ce billet souhaite revenir à la fois sur les réflexions qui ont amené à sa réalisation, sur les développements qui ont été mis en oeuvre et sur les enjeux que cette datavisualisation soulève.

Le programme de recherche

Si le programme de recherche « Répertoire des ventes d’antiques en France au XIXe siècle » existe depuis fin 2011, il a connu ces trois dernières années plusieurs avancées importantes : l’intensification de la mise en ligne de notices d’objets et d’acteurs dans la base de données sous AGORHA, l’ouverture d’un carnet de recherche afin de valoriser les découvertes de l’équipe et la réalisation d’une nouvelle application de datavisualisation.

Mené en partenariat avec le musée du Louvre, ce programme a pour objectif, à partir du dépouillement systématique des ventes aux enchères des œuvres antiques au XIXe siècle en France, de mettre à disposition de manière structurée des données concernant la « biographie » et la réception moderne des objets antiques (lieu de découverte, parcours, évolution des prix …), et de créer ainsi des ressources fiables sur ces oeuvres de types multiples

Avant le commencement, la base de données

Avant toutes exploitations visuelles, l’étape de mise en données de l’information1 est primordiale.

Le répertoire des ventes d’antiques est saisi dans AGORHA, la méta-base mutualisée de l’INHA. Il est organisé selon une structure complexe permettant de lier logiquement toutes les données. À une fiche évènement concernant la vente correspondent autant de notices que de lots contenus dans la vente. Ces notices sont associées à celles consacrées aux transactions, qui précisent le nom du vendeur, celui du vendeur, et le prix de la transaction. Enfin, une ou plusieurs fiche(s) d’oeuvres sont rattachées à chaque vente de lot, et donnent son identification dans les collections actuelles quand elle a été possible. Tous les acteurs font aussi l’objet de notices propres. 

modèle simplifiée de la structuration générale de la base de données dans AGORHA

Pourquoi une datavisualisation ?

Fort de ce travail de mise en données, le corpus réuni par l’équipe de recherche était un cas d’usage parfait pour expérimenter de nouvelles formes de visualisation. C’est avec cet objectif de voir autrement les données afin d’encourager leur exploitation, que l’équipe du domaine « Histoire de l’art antique et de l’archéologie » associé au service numérique de la recherche a entrepris la conception d’un nouvel outil numérique (http://ventesdantiques.inha.fr). Une start-up spécialisée dans le data journalisme (ou journalisme de données), Wedodata, a été choisie pour réaliser cette application en étroite collaboration.

Cette pratique journalistique en plein essor, où le traitement statistiques et algorithmiques des données complète les approches fondamentales du journalisme, à savoir rassembler des faits, les analyser, les transformer pour informer le public, possède déjà une histoire longue. Leurs compétences en terme d’écriture et de mise en scène de l’information nous ont semblé ici particulièrement intéressantes, afin de « […]transformer les données ainsi constituées en informations, de leurs assigner un sens et une forme en les rendant ainsi accessible et pertinente pour les usagers » pour reprendre les termes de Valentyna Dymytrova2.

Maintenant que les humanités numériques sont assez bien intégrées dans les SHS, il nous semble que le numérique doit être une opportunité de rendre le savoir plus accessible, à la fois à des publics considérés comme éloigné de la recherche engagée, mais également à l’intérieur même des communautés scientifiques. Ainsi, il faut réfléchir à ce que doit être la « narrativité scientifique numérique » sans lui plaquer les modèles standards pré-existants3. La réalisation de ce « nouvel objet numérique d’infovisualisation », à la frontière entre différentes notions, proches mais différentes, telles que la datavisualisation, l’infographie, le design d’information, la visualisation de données, a permis de révéler de manière heuristique quatre aspects essentiels de l’outil, qui permet : l’accès et l’exploration des ressources, une aide à l’interprétation, un accompagnement pédagogique, et enfin un contrôle qualité des données sources tout en donnant à voir autrement les données selon l’adage bien connu : « En fait de calculs et de proportions, le plus sûr moyen de frapper l’esprit est de parler aux yeux »4.

L’introduction du site a été pensée dans une logique de « storytelling » afin de de toucher un public plus vaste : on propose d’emblée de raconter l’histoire d’un objet, en montrant par une carte évolutive sa trajectoire dans le temps et dans l’espace. Un effort d’éditorialisation a été mené, afin de simplifier le contenu tout en assurant une rigueur scientifique ; il s’illustre notamment par le choix des informations à afficher, leur agencement, les dispositifs d’aide et de contextualisation, en lien avec des éléments graphiques facilement identifiable (interactivité de la visualisation, icônes, bulle d’aide, etc.).

Trois portes d’entres dans les données

Par l’objet et son parcours de vie

Les fiches objets offrent donc d’entrer dans son histoire par une carte évolutive de sa trajectoire dans le temps et dans l’espace, de son lieu de création jusqu’à son lieu de conservation actuel, en passant par le lieu de découverte (quand il est connu) et bien entendu la ou les vente(s) parisienne(s) de l’objet.

La grille de « tous les objets » permet d’afficher l’ensemble des objets présents dans l’outil avec de très nombreux filtres : ventes, type, matériaux, date. Ces filtres ont été simplifiés afin de créer de regroupement plus opérants et éviter des listes très longues.

Sur la piste des ventes d'antiques
Vue de l’ensemble des 2571 objets suite à la mise-à-jour de mai 2020

Un tri particulier est à noter, celui de l’état de la connaissance. Cet indicateur reflète le nombre de données disponibles par objet. Pour le calculer, nous regardons si sont connus pour l’objet : sa date et son lieu de création, son lieu de découverte, son lieu de conservation actuelle ET au moins une vente. Si l’objet rempli ces cinq conditions, l’état des connaissances est de 3/3. Si il rempli trois ou quatre de ces conditions, l’état des connaissances est de 2/3. En deçà, il est à 1/3.

Par les acteurs de la circulation des objets

Echo des nouvelles pratiques de recherche en histoire de l’art, la question du réseaux d’acteurs gravitant autours de ces objets passés en vente a également été un axe fort dans l’élaboration de l’application. Ainsi, il est possible de naviguer facilement entre tous les acteurs via des filtres (nombre de ventes auxquels l’acteur a participé, le nombre d’objets vendus ou achetés, sa fonction (acheteur ou vendeur), etc.), mais aussi de visualiser les réseaux de chacun, créés autour de ventes dont on connaît l’importance dans la sociabilité des amateurs et collectionneurs. 

Vue en réseau de Flavien de Magnoncour. Le nombre d’objets vendu à et a acheté à est calculé automatiquement à partir des données dans la datavisualisation.
Par les valeurs des objets

L’aspect économique des ventes est apparu comme un terrain idéal afin de réaliser une datavisualisation plus interactive. En regroupant dans un graphique tous les prix disponibles sur les objets passés dans les salles de vente selon un axe chronologique, l’interface permet de voir l’évolution du marché selon la granularité souhaitée, depuis une approche globale jusqu’à une étude individuelle, un objet ayant pu être vendu à plusieurs reprises. Grâce à des critères et des filtres dynamiques, l’usager peut visualiser et comparer les fluctuations de prix de corpus variés, constitués par types d’oeuvre ou par acteurs.

Des liens entres ces portes existent

Elles offrent ainsi de naviguer entre les objets avec des vues différentes permettant soit d’en savoir plus (sur un objet, un acteurs) soit de contextualiser avec les autres ventes (prix, nombre d’objets d’un même acteur, etc.). Et vice-versa.

Mises à jours régulières : rendre vivant l’objet numérique

D’un point de vue méthodologique, ce travail d’éditorialisation et de visualisation de données a été réalisé de manière itérative, qui permet un nécessaire contrôle qualité des données et un retour aux questions de structuration de données de la recherche. De plus, l’application a été réalisé par étapes successives, permettant la mise en ligne rapide d’une version beta en janvier 2018 (début du projet novembre 2017). L’alimentation en données se fait de manière régulière, par l’ajout de nouvelles ventes traitées et analysées par le programme de recherche.

La graphique ci-dessous montre l’accroisement des acteurs, des objets et des transactions associées entre janvier 2019 et mai 2020, date de la 5ème mise à jours de l’application. Cinq ventes sont désormais en ligne : Canino 1837, Magnoncour 1839, Pembroke 1839, Beugnot 1840 et Pourtalès-Gorgier 1865.

 Au fil des mois, nous avons pu également apporter quelques modifications fonctionnelles comme la pagination des objets pour accélérer l’affichage, la version anglaise, etc. À chaque mise à jour, des ajustements sont nécessaires : ainsi, l’apparition de momies, avec la mise en ligne en mai 2020 de la vente Pourtalès a nécessité de créer un nouveau filtre adapté à ces artéfacts.

Exploiter les données pour d’autres fins ?

Enfin, dans l’esprit de l’ouverture des ressources initiée à l’INHA (barrière mobile réduite à six mois pour la revue Perspective, utilisation de la licence ouverte pour le contenu de la bibliothèque numérique de l’INHA, métadonnées d’AGORHA en CC-BY), les données de l’application sont facilement téléchargeables afin de pouvoir être utilisées dans un autre contexte (et notamment pour des cours d’introduction à la « Digital Art History »). Elles ont été partiellement migrées dans Wikidata, afin d’augmenter le savoir sur certains objets déjà présents sur cette plateforme (notamment ceux issus des collections du Metropolitan Museum of Art de New York).

Exemple d’utilisation du corpus avec l’outil Palladio

Et techniquement, c’est quoi derrière et comment ça marche ?

Les données sont exportées d’AGORHA sous format CSV. Les trois fichiers (objets, acteurs, transactions) sont retravaillés dans OpenRefine pour traiter et sélectionner les données (générer les filtres génériques, par exemple) et ajouter de nouvelles informations, comme la géolocalisation (récupérée de Pléiades). L’application « sur la piste des ventes d’antiques » est quant à elle entièrement développée en Javascript permettant de « lire » ces trois exports CSV enrichi pour permettre l’affichage tel que vous le découvrez sur le site.

Derrière tout ça, une équipe pluri-displinaire

Derrière toutes ces données et ces différentes exploitations, il faut bien rappeler qu’il s’agit d’un travail mené à plusieurs mains, mais il faut aussi souligner la réalisation pour wedodata de Nicolas Boeuf, Anthony Veyssiere et Karen Bastien.

Citer ce billet : Antoine Courtin, "Retour sur la datavisualisation « Sur la pistes des ventes d’antiques »," in Numérique et recherche en histoire de l'art, 26/05/2020, https://numrha.hypotheses.org/743.
Références
  1.  Cette expression énoncée dès 2013 par Frédéric Clavert s’inspire du concept de dataification de Mayer-Schönberger et Cukier (Viktor et CUKIER Kenneth, Big Data: a Revolution That Will Transform How We Live, Work, and Think, Boston, Houghton Mifflin Harcourt, 2013) puis développé dans son article « Une histoire par les données ? Le futur très proche de l’histoire des relations internationales », Bulletin de l’Institut Pierre Renouvin 44 (2), 2016, pp. 119-130. []
  2.  Valentyna Dymytrova. « Data journalisme, entre pratique créative innovante et nouvelle médiation experte ? Une analyse conjointe des discours et des productions journalistiques ». XXI Congrès de la SFSIC Création, créativité et médiations, Juin 2018, Paris, France. []
  3. Dominique Boullier, Sociologie du numérique, Paris, Armand Colin, coll. « U Sociologie », 2016, 350 p., ISBN : 978-2-200-29165-5. []
  4.  William Playfair, Éléments de statistique, Paris, 1802, p. 20. []

Antoine Courtin

Chef du service numérique de la recherche au département des études et de la recherche à l'Institut national d'histoire de l'art. Maitre de conférence associé à l'Université Paris Nanterre

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 01/06/2020

    […] Antoine Courtin revient dans cet article publié sur le site Numrha sur le processus de création et les enjeux du site de datavisualisation du Répertoire des ventes d’antiques, Sur la piste des œuvres antiques. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.