Plongée dans la jeune recherche universitaire : la base des Travaux de recherche en histoire de l’art et archéologie (TRHAA)

Avec plus de cinquante établissements de l’enseignement supérieur dispensant une formation dans ce domaine, la communauté scientifique française en histoire de l’art et archéologie encadre chaque année une production considérable de travaux de recherche. Depuis sa création, l’INHA assure un travail de recensement de ces travaux, à partir du niveau master. La base du TRHAA (Travaux de recherche en histoire de l’art et archéologie), qui en résulte, constitue ainsi l’une des sept bases bibliographiques actuellement accessibles sur AGORHA.

Un catalogue de référencement des mémoires et des thèses

La base du TRHAA a pour objectif de recenser les mémoires de première et deuxième année, les thèses soutenues ainsi que les sujets déposés en histoire de l’art et archéologie en France. Après plusieurs dizaines d’années de travail et d’actualisation, elle est constituée aujourd’hui de plus de 17500 notices publiées. En totalité, 77% d’entre elles concernent des références de mémoires, gisement de ressources précieuses et significatives de la valeur de la base.

Celle-ci ne s’impose pas comme l’outil de référencement le plus naturel ni le plus pertinent concernant les travaux de thèse. La base de données de référence à leur égard est gérée par l’ABES, qui publie le site theses.fr, donnant accès à toutes les références de thèses soutenues ou déposées en France auprès d’établissements habilités à délivrer le doctorat depuis 1985. Cette base de données s’appuie sur un protocole de dépôt obligatoire, ainsi que sur une méthodologie de référencement associée à des applications sources tels que STEP, STAR et le catalogue collectif Sudoc, qui garantissent son caractère exhaustif.

Le TRHAA donne toutefois accès à une masse de ressources bibliographiques cruciale et encore aujourd’hui peu exploitée : les mémoires de master reflètent en effet un état frémissant de la recherche en histoire de l’art, ses orientations à venir et ses grands chantiers en cours, d’autant plus qu’ils constituent bien souvent le socle des recherches des futurs doctorants. L’accès à ces ressources fait ainsi du TRHAA un outil particulièrement utile au travail bibliographique, notamment pour tout étudiant à la recherche d’un sujet de master peu exploré.

Le TRHAA n’offre cependant qu’un reflet de l’étendue de cette littérature grise produite au cœur des universités. En tant qu’outil de référencement, la base donne seulement accès à un catalogue de notices bibliographiques, sans pour autant donner directement accès aux travaux mentionnés, qui ne sont pas hébergés sur AGORHA. Lorsque les ressources intégrales de ces travaux ont été signalées et sont accessibles en ligne, elles sont mentionnées par leur notice.

Exemple de mention des sources en ligne sur le TRHAA
Exemple de mention des sources en ligne sur le TRHAA

D’autres bases de données participent néanmoins à la diffusion en ligne des mémoires en histoire de l’art et archéologie. C’est le cas notamment de la base DUMAS (Dépôt Universitaire des Mémoires Après Soutenance), qui fonctionne comme un portail d’archives ouvertes de travaux d’étudiants à partir de bac+4, validés par un jury et dans toutes les disciplines. Les dépôts ne se font cependant qu’à l’initiative des personnels enseignants ou administratifs de chaque établissement, et DUMAS reste pour l’heure assez peu représentative dans le domaine des sciences humaines.

Une ressource exploratoire, reflet des orientations de la recherche

Bien que les données du TRHAA soient parcellaires en raison des procédures d’alimentation en vigueur, elles proposent pourtant un regard riche sur l’enseignement de l’histoire de l’art et sur la formation à la recherche en France. L’analyse de ces données permet en effet d’en identifier les tendances pertinentes, par la volumétrie et l’étendue de références acquises sur plus d’une dizaine d’années.

La base, hébergée par AGORHA, peut être explorée par les outils communs de recherche simple ou de recherche experte, à partir de mots-clés, de noms d’auteurs, de directeurs, de dates ou d’universités.

Afin de garantir sa représentativité, les notices du TRHAA tendent à couvrir un champ scientifique le plus large possible, tant du point de vue chronologique, géographique que disciplinaire. Chaque notice est en effet identifiée grâce à un thésaurus couvrant les grands domaines de la recherche en histoire de l’art qui, s’il doit bien sûr être critiqué pour son effet de cloisonnement peu adapté à un champ profondément interdisciplinaire, permet de favoriser l’exploration et l’analyse des données. Cette indexation disciplinaire permet par exemple de constater que les recherches en art et archéologie des XX-XXIème siècles dominent largement le TRHAA depuis quelques années : elles constituent en effet près d’un quart des nouvelles références signalées depuis 2015. Viennent ensuite les travaux en muséologie (12,4%), en art et archéologie du XIXème siècle (10,3%), en art et archéologie de la Renaissance et des temps modernes (8,6%) et enfin en architecture (7,5%).

Ce référencement disciplinaire des notices du TRHAA est en même temps croisé à une indexation thématique. Depuis quelques années, chaque nouvelle référence est en effet indexée grâce à des mots-clés, identifiant l’ère géographique du sujet de recherche, la période et les thématiques abordées. En recherche experte, le TRHAA peut ainsi être exploré à partir des domaines de recherche génériques susmentionnés ou de différents mots-clés plus précis. La vidéo ci-après présente par exemple une recherche permettant de trouver toutes les références associées au terme « Maroc », et pas seulement celles le mentionnant explicitement dans leur référence complète.

Exemple de recherche par mots-clés indexés sur le TRHAA

Le TRHAA enregistre ainsi les mouvements de la recherche en histoire de l’art depuis plusieurs dizaines d’années. Si la plupart des travaux référencés ont été soutenus depuis le début des années 2000, de nombreuses recherches datant du siècle dernier ont fait l’objet d’une notice. On notera ainsi que le plus vieux travail de recherche présent sur la base de données est actuellement celui d’un certain Eugène Aubry-Vitet, ayant soutenu sa thèse de l’École des Chartes en 1876 sur Guiraut Riquier de Narbonne et les derniers temps de la poésie provençale. Cette référence a pu être signalée par un chercheur dans le cadre de l’un des nombreux programmes de recherche de l’INHA, la base du TRHAA pouvant être alimentée de plusieurs manières.

Un outil collaboratif ouvert à tous, pour une base de données déclarative

En effet, la base du TRHAA est une base déclarative, qui fonctionne sur la collaboration volontaire de la communauté universitaire. Les références qui y sont signalées sont le fruit d’un travail de renseignement mené par l’INHA auprès des enseignants-chercheurs, des étudiants et des administrations de l’enseignement supérieur en histoire de l’art. Le TRHAA s’est d’abord construit dans un premier temps en collaboration avec l’Association des professeurs d’archéologie et d’histoire de l’art des universités (ApAhaU), à partir des listes établies pour la revue Histoire de l’art. Depuis 2016, l’INHA est seul responsable de son enrichissement. Le Service numérique de la recherche a ainsi établi un protocole de recensement annuel grâce à deux méthodologies :

  • Chaque fin d’année, vers octobre-novembre – après les dernières soutenances de deuxième session, une campagne de recensement par mail est effectuée auprès des enseignants-chercheurs, des secrétariats et des directions d’UFR en histoire de l’art. Les participants volontaires sont invités à renvoyer les listes des travaux encadrés sous leur direction, afin d’être saisis par l’équipe du TRHAA sur AGORHA.

Chaque année, environ 500 nouvelles références sont ajoutées à la base. Parmi celles-ci, l’analyse de la part des universités représentées permet de mettre en évidence un (trop) réel phénomène de concentration de la recherche universitaire française, dominée par ses pôles parisiens. Les universités Paris IV, Paris I, l’École du Louvre et Paris Nanterre représentent en effet près de 73% des nouveaux travaux référencés depuis 2015. Il faut cependant souligner la participation fiable et régulière au TRHAA de nombreux enseignants de l’Université de Tours, de Bordeaux, de Franche-Comté, de Picardie, de Caen-Normandie ou encore de Lille parmi tant.

Pour conclure cette plongée dans le TRHAA, saluons enfin les efforts de direction des enseignants les plus référencés sur la base depuis 2015 : on trouvera parmi eux Arnauld Pierre (144 nouvelles notices), Jérémie Cerman (96), Bertrand Tillier (89), Philippe Morel (78), Guillaume Le Gall (74), Bernadette Dufrêne et Emmanuel Pernoud (73), Catherine Méneux (69), Arnaud Bertinet (67), Benoît Buquet et Dany Sandron (60) et enfin Isabelle Ewig (54) – achevant ainsi de nous faire constater une nouvelle fois la grande attractivité des recherches en histoire de l’art et archéologie des XXème et XXIème siècles.

  • En parallèle et tout au long de l’année, un formulaire de recensement reste disponible sur le site de l’INHA (onglet « Signalez vos travaux »), afin d’être complété par tout étudiant ou chercheur souhaitant voir ses travaux référencés sur la base.

Afin de garantir l’exactitude et la qualité des informations recensées, les directeurs des travaux signalés par des étudiants sont tenus informés à chaque publication d’une notice ou d’un lot de notice les concernant. En fonction du contrôle effectué et de l’état de vérifications des ressources, les notices pourront alors identifiées comme « validées » ou « auto-signalées ». Actuellement, près de 99% des notices du TRHAA ont été validées.

Exemple de notice identifiée comme auto-signalée sur le TRHAA
Exemple de notice identifiée comme auto-signalée sur le TRHAA

L’INHA encourage donc tous les jeunes chercheurs à signaler spontanément leurs travaux, de manière à assurer la pertinence et la richesse du TRHAA bien sûr, mais aussi de manière à leur faire profiter d’un outil de valorisation de leurs propres recherches. En effet, la base du TRHAA est hébergée par AGORHA, qui est une méta-base mutualisée. Les notices du TRHAA peuvent donc être utilisées comme ressources bibliographiques dans le cadre de nombreux autres programmes de recherche. Par exemple, le mémoire de master 1 de l’École du Louvre de Louise Detrez sur  Les vases antiques du musée national de céramique de Sèvres et la vente Durand (1836) sert désormais de référence bibliographique pour l’une des œuvres documentées par l’équipe du programme Répertoire des ventes d’antiques en France au XIXème siècle – présenté récemment par le SNR dans une datavisualisation très riche.

Exemple d’utilisation mutualisée d’une notice du TRHAA sur AGORHA

Enseignants, étudiants, nous vous invitons donc chaleureusement à participer à la campagne annuelle du SNR, à signaler vos travaux sur le site de l’INHA ou encore à contacter l’équipe du TRHAA par mail.

Mentions de l’illustration de l’article : W. Harding Warner, Hereford Cathedral – Chained Books in Library, vers 1860, The J. Paul Getty Museum, https://www.getty.edu/art/collection/objects/83712/w-harding-warner-hereford-cathedral-chained-books-in-library-british-1860s/

Citer ce billet : Alice Truc, "Plongée dans la jeune recherche universitaire : la base des Travaux de recherche en histoire de l’art et archéologie (TRHAA)," in Numérique et recherche en histoire de l'art, 30/06/2020, https://numrha.hypotheses.org/830.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search